Arboriculture :

Savez-vous cueillir les mangues...


Publié / Actualisé
Qu'elles soient carotte, sauvage, José, Auguste ou américaine, les mangues font partie des fruits préférés des Réunionnais. À noter également qu'il s'agit du fruit exotique le plus consommé au monde après la banane.
Qu'elles soient carotte, sauvage, José, Auguste ou américaine, les mangues font partie des fruits préférés des Réunionnais. À noter également qu'il s'agit du fruit exotique le plus consommé au monde après la banane.
En pleine saison la cueillette est quotidienne dans les exploitations de mangues "greffe" (nom donné aux mangues José, Auguste et Américaines notamment). Ce qui est par exemple le cas dans les vergers de Paulette Serveaux au Port (nos photos).
Bon an mal an, la filière produit 4 000 tonnes de fruits (sans tenir compte des mangues carotte et sauvages).
Regroupant toutes les mangues "greffe", les plus appréciées et aussi les plus chères (entre 3 et 9 euros le kilo), la filière a commencé à se structurer dans le milieu des années 90. Très prolifique, le fruit compte à La Réunion plus d'une cinquantaine de variétés. Seule une demie-douzaine d'entre elles sont cultivées. Occupant une surface totale de 300 hectares, une centaine de producteurs sont aux petits soins pour ces fruits fortement appréciés par les Réunionnais. Les vergers sont essentiellement implantés dans l'Ouest de l'île. C'est dans cette région, au Port plus précisément, qu'est implantée depuis 1940 l'exploitation de Paulette Serveaux.
La vente des fruits, quelque que soit leur variété, se fait surtout sur les marchés forains et sur les étals ambulants en bordures de routes. Le produit n'a pas encore tout à fait trouvé sa place dans les rayons des grandes surfaces (à peine 15% de la production y est vendue). Mais cela est un peu moins vrai d'année en année. Cette saison par exemple, de nombreux commerces de grande distribution proposent des mangues José et Américaines à la vente.
À noter également la volonté de la filière de ne pas rester cantonnée dans les limites de La Réunion. Quelques producteurs tentent l'expérience de l'export, et selon la chambre d'agriculture "les résultats sont intéressants".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !