"Ville des mobilité douces et facilitées" :

Municipales à Saint-Denis : Ericka Bareigts présente son plan pour les déplacements


Publié / Actualisé
Ce dimanche 16 février 2020 environ 150 personnes dont une soixantaine à vélos, trottinettes et rollers se sont rassemblées autour de la candidate de la Liste Saint-Denis pour tous, Ericka Bareigts. Le thème de ce regroupement était Saint-Denis : un Barachois sans voiture et ville des mobilités douces et facilitées (Photo D.R.)
Ce dimanche 16 février 2020 environ 150 personnes dont une soixantaine à vélos, trottinettes et rollers se sont rassemblées autour de la candidate de la Liste Saint-Denis pour tous, Ericka Bareigts. Le thème de ce regroupement était Saint-Denis : un Barachois sans voiture et ville des mobilités douces et facilitées (Photo D.R.)

L’après-midi avait commencé vers 14h00 pour une ballade à vélos et mode de déplacements doux durant une petite heure. Tout le monde était de retour à 15h00 autour du bassin du Barachois pour écouter les propositions de la candidates de la gauche et de la société civile sur le thème des déplacements. Un sujet majeur à enjeu dans  la capitale.

Dans un premier temps Ericka Bareigts devait rappeler des éléments de contexte essentiels pour fixer le cadre de son programme en la matière. Les chiffres sont connus : 50 000 véhicules arrivent de l’ouest chaque jour et 80 000 de l’Est. Sur l’ensemble plus de 90% restent dans la ville, contribuant à l’engorgement que l’on sait. Un autre chiffre, moins connu, permet de mieux cerner le problème : "e centre-ville dionysien comporte 15 km de réseau routier.

Chaque année 3 000 voitures neuves arrivent à Saint-Denis, soit l’équivalent de 15 km. Mais au bout de 10 ans ce sont 150 km de voitures, alors que le réseau est toujours de 15km" La candidate socialiste et de la gauche décline alors son programme en réponse à ces questions.

La piétonisation : premier mode de déplacement doux

Le premier mode de déplacement trop souvent oublié est la marche à pied. Il faut savoir que les voitures qui stationnent en centre-ville sont majoritairement domiciliées dans un rayon de 1,5 km : autrement dit, une distance facile à parcourir à pied. Pour cela il faut rendre ce déplacement piéton confortable : réfection des trottoirs comme préfiguré dans les rue De Villeneuve et Pasteur.

De plus, dans une île où il fait chaud, la candidate souhaite installer des voiles d’ombrages sur certains axes. Enfin, la végétalisation des bords de trottoirs pour ombrager le parcours. Ericka Bareigts fait ainsi le lien avec un autre axe de son projet qui revient à faire de Saint-Denis une ville arborée avec la plantation de 12 000 arbres par an.

"La première station de vélo libre dans l’Océan indien"

Le bouclage du plan vélo a pris du retard dans la définition des pistes cyclables, notamment sur la ceinture qui passe par le littoral, la rue de Paris, le boulevard sud et les berges de la Ravine Chaudron. Celles-ci sont actuellement en cours d’aménagement. "Le projet Run Rail de la Région menace de faire complétement capoter ce plan en empruntant le boulevard sud, puisqu’il n’y aurait alors plus de place pour les vélos".

Toutefois, le plan a concrètement avancé sur d’autres aspects avec le lancement au mois de mai d’une offre de vélo à la façon du Vélib pour Saint-Denis. Ces stations vélo seront connectées avec les autres transports en commun et on pourra prendre un vélo avec le coût de son ticket de bus. "Ce projet est le premier de cette nature dans l’Océan Indien, et c’est à Saint-Denis", devait souligner le responsable de l’entreprise porteuse du projet, présent pour la circonstance.

Parking de centre-ville et parking relais

Les intervenants ont rappelé le lancement du Parking Centre-Ville rue Ah Sam avec 250 places. Tout les permis étant disponibles et purgés. Le chantier avait été mis en stand-by, à la demande des commerçants, à cause des fêtes de fin d’année pour ne pas immobiliser le parking existant. Le chantier sera prochainement lancé. A terme se sont les parkings parking relais qui seront installés, notamment dans la perspective du projet de Tram AO qui comporte plusieurs ouvrage en périphérie de la ville avec plus de 8 00 places. "Nous sommes déjà dans une démarche, concrètement, en anticipation avec  les tests qui ont commencé avec la navette gratuite actuellement en circulation"

Libérer le Barachois des voitures

L’ancienne ministre des Outremers a insisté aussi sur la nécessité de "libérer définitivement le Barachois des voitures et de le rendre aux Dionysiens". La Ville de Saint-Denis se chargera des aménagements faisant de cet espace "le poumon marin de la ville, après le Cœur vert qui est le poumon vert de Saint-Denis, plébiscité par les Dionysiens", selon elle.

Jean-Pierre Marchau, représentant Europe Ecologie Les Verts sur la liste d’union et leader des Verts à La Réunion devait sur ce plan souligner la responsabilité de la Région. Il a souligné que "la ville de Saint-Denis n’a cessé de rappeler durant des années à la Région que celle-ci devait prévoir comment faire pénétrer à Saint-Denis, les flux de voitures de sa nouvelle route du littoral. Elle ne l’avait pas prévue et nous avons perdu un temps incroyable" Enfin, la colonne vertébrale de ces déplacements est le Tram Tao de la Cinor qui constitue l’axe des déplacements de la Ville moderne.

TAO : un projet cohérent avec les besoins des Dionysiens

TAO permet de desservir un axe qui passe dans la ville entre Gillot et le Centre-ville de Denis. A cette colonne vertébrale des déplacements sont connectés les téléphériques qui vont relier les hauts de Saint-Denis à TAO. Deux lignes sont déjà engagées pour l’instant : Bois de Nèfles le Chaudron dont le chantier a débuté. Ensuite ce sera la Montagne Bellepierre.
Les bus sont redéployés pour un service renforcé des écarts qui amènera les passagers vers TAO. "Des bus qui sans attendre verront leurs plages horaires étendues et leurs dessertes des écarts et des quartiers renforcés"

"Nous proposons une liaison Run Rail Saint-Benoit/Saint-Denis connectée au TAO en traversée de Saint-Denis permet de booster les régions Est et Nord en même temps. Les flux de voitures arrivant de l’Est dans Saint-Denis seront réduits et la ville respirera", a soutenu Ericka Bareigts.

"C’est une véritable colonne vertébrale du développement qui se construit ainsi, sans considération politique avec le seul souci du développement", devait insister Jean-Pierre Marchau.


 

   

6 Commentaire(s)

Clack Hanoo, Posté
Rassurant: ils prévoient......ce qui est déjà prévu.Madame Bareigts et M. Marchaud vous auriez pu préciser que cette piétonnisation du Barachois est déjà prévue dans le projet de la Nouvelle Entrée Ouest mené par La Ville de Saint Denis et La Région et La Cinor. Sauf à remettre en cause ce principe , celui ci sera pris en compte par la future équipe municipale quelle qu'elle soit.
Qui raconte n'importe quoi ?, Posté
Pourquoi raconter des mensonges aux gens sur 2 projets qui sont complementaires ?
1. Ya des pistes velo tout le long du runrail !
2. TAO relie pas teleferic la montagne... runrail si !
3. TAO relie pas Université, hotel Region, coeur vert familial, securite sociale, hopital bellepierre... runrail si !
Arrèt ramas la mantri. Sa lé pa nèv Singapour !
Clack Hanoo, Posté
... Quand La Région reprend la main. Le nez de M. JPM à du s'allonger
Clack Hanoo, Posté
Comment les croire? Le plan vélo la dormi pendant des mois... La Ville de Saint Denis avait pris la responsabilité de porter les études de la liaison NRL-Lancastel et en fin d e mandat, elle freine quand
Mélissa, Posté
Enfin, on parle de mobilité douce! C est un beau programme!
Qui a tué le Tram train de Verges ?, Posté
Qui a tué le Tram train de Verges ?
Qui a voulu 2000 bus ?
Qui a favorisé le tout automobile et les embouteillages ?
Qui n'a pas de toupet et parle de coma circulatoire ?