Fin des dépôts de liste :

Municipales : près de 170 listes pour 24 communes


Publié / Actualisé
C'est terminé. Depuis 18 heures ce jeudi 27 février 2020, plus aucune liste ne peut être déposée en vue des élections municipales des 15 et 22 mars prochain. Au total, on recense près de 170 listes réparties sur les 24 communes, et 902 sièges à pourvoir. S'engage désormais un marathon de 15 jours où réunions publiques et campagnes de communication vont s'enchaîner, avant que les électeurs puissent s'exprimer, avec comme grande interrogation celle de la participation, dans un contexte de défiance croissante vis-à-vis du politique (Photo rb/www.ipreunion.com)
C'est terminé. Depuis 18 heures ce jeudi 27 février 2020, plus aucune liste ne peut être déposée en vue des élections municipales des 15 et 22 mars prochain. Au total, on recense près de 170 listes réparties sur les 24 communes, et 902 sièges à pourvoir. S'engage désormais un marathon de 15 jours où réunions publiques et campagnes de communication vont s'enchaîner, avant que les électeurs puissent s'exprimer, avec comme grande interrogation celle de la participation, dans un contexte de défiance croissante vis-à-vis du politique (Photo rb/www.ipreunion.com)

Les municipales attirent toujours plus de candidats

C’est bien connu, les élections municipales sont celles qui brassent le plus de candidats. En effet, étant une élection de proximité, et de liste, nombreux sont les prétendants qui veulent emporter ces élections. 2020 n’échappe pas à cette règle. Bien au contraire. Alors qu’on dénombrait 107 listes en 2008 et 133 listes en 2014, ce sont près de 170 listes qui ont été enregistrées ces derniers jours. Les chiffres officiels devraient être communiqués lundi, indique-on du côté de la préfecture.

Qu’est ce qui pourrait expliquer un tel regain d’intérêt ?  Les récentes manifestations des gilets jaunes ont démontré une envie des Réunionnais de s’impliquer davantage dans la vie politique locale et de donner leurs voix. Si on a pu noter une demande insistante concernant la mise en place de leviers de démocratie locale, il est fort à parier que beaucoup ont souhaité sauter le pas et s’engager. A côté de ces candidats, il y a bien sûr les habitués des joutes municipales et ceux qui font leur grand retour sur la scène politique locale. 

2 mars 2020 : place à la campagne électorale

Le dépôt des listes étant clos, la campagne démarrera officiellement à compter de ce lundi 2 mars 2020. Si les candidats ont déjà engagé le travail de terrain (porte à porte, affichages, tractage, réunions de cellules), ils donneront un coup d’accélérateur à compter de ce lundi avec davantage de présence sur le terrain. Les réunions publiques et les campagnes de tractage vont s’accélérer. Les fameuses voitures sono vont désormais sillonner les rues, pour le plus grand bonheur des habitants. Et, malheureusement, comme à chaque élection, les attaques vont se multiplier et certains dossiers vont certainement refaire surface, comme par hasard.

A noter que cette période de campagne officielle est ouverte jusqu’au vendredi 12 mars, 23h59. A compter de ce moment, silence radio des candidats jusqu’à la fin du 1er tour.

Les électeurs seront-ils au rendez-vous ?

C’est la principale question qu’on peut se poser à l’aube de ce scrutin. Si l’effet gilet jaune semble se faire sentir du point de vue de la quantité et de la diversité des listes présentées, on peut se demander si les électeurs seront, eux, au rendez-vous.

La multiplicité des listes peut en effet avoir un double effet ; soit créer un véritable élan démocratique qui favorisera ainsi la participation, soit au contraire rebuter les électeurs qui se sentiront perdus face au (trop) grand nombre de candidatures.

Par ailleurs, on assiste très clairement à une érosion de l’électorat, compte tenu de la défiance croissante envers les politiques. Affaires, promesses non tenues, clientélisme ou encore sentiment que ce sont toujours les mêmes qui dirigent la destinée des communes, la désaffection des citoyens est réelle et pourrait une fois de plus se ressentir dans les urnes, comme lors des scrutins précédents à La Réunion : 69,34% d’abstention aux européennes 2019, 59,68% d’abstention au second tour des législatives 2017, 37,09% d’abstention au second tour de la présidentielle 2017.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !