Ils avaient été agressés au Brûlé :

Saint-Denis : Yvette Duchemann et son militant retirent leur plainte


Publié / Actualisé
La candidate écologiste à la mairie de Saint-Denis Yvette Duchemann et son militant Jean-François Baptisto annoncent, ce vendredi 13 mars 2020, qu'ils retirent leur plainte suite à l'agression dont ils ont été victimes au Brûlé, le 5 mars dernier. Trois individus avaient été arrêtés par la police. Une confrontation avait eu lieu entre les victimes et les personnes interpellées. L'enquête de la police visait à retrouver la dizaine d'autres suspects impliquées dans l'agression. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La candidate écologiste à la mairie de Saint-Denis Yvette Duchemann et son militant Jean-François Baptisto annoncent, ce vendredi 13 mars 2020, qu'ils retirent leur plainte suite à l'agression dont ils ont été victimes au Brûlé, le 5 mars dernier. Trois individus avaient été arrêtés par la police. Une confrontation avait eu lieu entre les victimes et les personnes interpellées. L'enquête de la police visait à retrouver la dizaine d'autres suspects impliquées dans l'agression. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

L'agression s'était déroulée dans la soirée du jeudi 5 mars dernier. Accompagnée d'un militant Jean-François Baptisto, Yvette Duchemann s'était rendue au Brûlé pour y coller des affiches de campagne. Sur place, elle est prise à partie par un groupe de jeunes.

Les jeunes arrachent les panneaux officiels, puis frappent le militant, avant d'attraper la tête de liste par le col, la blessant légèrement à la nuque. Les deux victimes se sont ensuite cachées dans les fourrées en attendant l'arrivée de la police. 

Lire aussi : Saint-Denis : la candidate écologiste Yvette Duchemann et son colistier agressés au Brûlé

Yvette Duchemann s'est vu prescrire le port d'une minerve, tandis que son colistier, attaqué plus violemment, a souffert de plusieurs contusions. La candidate s'est dite profondément choquée par cette agression, avait déposé plainte le soir-même. 

Deux suspects avaient été interpellés, mercredi 11 mars 2020, par la brigade anti-criminalité de Saint-Denis, puis un troisième le lendemain. Ce dernier avait avoué les faits et présenté ses excuses à Jean-François Baptisto lors d'une confrontation. 

Lire aussi : Saint-Denis : trois personnes arrêtées après l'agression d'Yvette Duchemann

- Une dizaine de jeunes étaient recherchés -

Aujourd'hui, la candidate écologiste à la mairie de Saint-Denis et son colistier annoncent à Imaz Press leur intention de retirer cette plainte, alors que l'enquête en cours visait à retrouver les autres suspects impliqués dans l'agression, une dizaine de personnes au total. 

“Nous ne souhaitons pas que ces jeunes, qui ont des familles, soient envoyés en prison et que leurs casiers judiciares soit entachés. Cela ne correspond ni à nos valeurs, ni à nos engagements. Nous décidons donc d’arrêter la procédure contre ces jeunes."

La candidate et le militant remercient toutes les personnes, autorités et partis politiques qui les ont soutenus. 

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

MÃ'veLang, Posté
À moins que cette soit-disante agression n'était qu'une mascarade pour discréditer un adversaire ou s'attirer la bienveillance des électeurs.
Ils ont craint pour leur vie et pardonnent, dieu et déesse.
Ange, Posté
Très stratégie de la part du candidat ?
Améthyste ripoline, Posté
C'est très problématique de cautionner ainsi la violence et déresponsabiliser les citoyens sous prétexte qu'ils sont jeunes et en charge de famille. Cela pose un grave problème de valeurs. De la part de potentiels responsables politiques c'est très alarmant. Traiter les citoyens en adultes responsables est une marque de respect et de considération. Là cela ressemble à de la manipulation électoraliste. Le signal envoyé est calamiteux.
Cricri974, Posté
Quel message vous faite passer en retirant votre plainte ?
Vous pouvez agresser les gens et vous escuser pour que la plainte soit retiré et franchement quel maire vous feriez avec si peut de caractère
Flo, Posté
Elle sera belle la justice avec votre comportement... ils nous ont agressés (selon votre plainte) mais finalement, on ne va pas s'en plaindre... qui a le plus à gagner dans l'affaire ? Qui a peut être à se reprocher quelque chose, et je me demande au final si quelqu'un n'a pas cherché à faire le buzz. Bien joué Mme...