Bâtiment :

Coup de colère des artisans


Publié / Actualisé
Les artisans de la CAPEB (confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment) ont manifesté à la préfecture ce lundi 26 janvier 2004. Ils se sont ensuite rendus au conseil régional et au conseil général. Ils protestent contre le coût de l'assurance décennale
Les artisans de la CAPEB (confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment) ont manifesté à la préfecture ce lundi 26 janvier 2004. Ils se sont ensuite rendus au conseil régional et au conseil général. Ils protestent contre le coût de l'assurance décennale
Les artisans du bâtiment se sont mobilisés ce lundi matin. Ils étaient une quarantaine, avec à leur tête le président de la Chambre de métiers, Jocelyn de Lavergne, à manifester devant les grilles de la préfecture. Les manifestants se sont ensuite rendus au conseil général où ils ont été reçus par le président Jean-Luc Poudroux puis au conseil régional.
Les artisans du CAPEB voulaient dénoncer le montant des primes demandées par les assureurs pour garantir l'assurance décennale de leurs travaux (selon la législation, les travaux effectués par une entreprise sont sous garantie pendant 10 ans). Les artisans demandent une révision des coûts d'assurance en soulignant qu'à la Réunion ils sont 2,5 fois aux primes demandées en métropole.
Une différence qu'ils jugent totalement injustifiée puisque, disent-ils "une étude de l'AGORAH (agence pour l'observation de La Réunion, l'aménagement et l'habitat - ndlr) montre que le taux de sinistralité réunionnais n'est pas plus élevé qu'en métropole". Les artisans soulignent que le coût de cette l'assurance décennale pèse lourdement sur le budget des entreprises.
Il faut aussi savoir que la CAPEB a saisi en 2003 la direction des fraudes et de la consommation, dénonçant une entente illicite sur les prix entre les 13 compagnies d'assurances présentes à dans l'île. La plainte est restée sans suite pour le moment.
Les élus du conseil général et régional se sont engagés à transmettre les revendications des manifestants à Paris.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !