Manifestation à la préfecture :

Les ambulanciers en colère


Publié / Actualisé
Une vingtaine d'ambulanciers ont manifesté devant la préfecture ce mercredi 28 janvier 2004. Ils protestaient, notamment, contre la mise en place du nouveau plan départemental de garde. Ils ont obtenu gain de cause puisque ce plan ne sera finalement pas appliqué
Une vingtaine d'ambulanciers ont manifesté devant la préfecture ce mercredi 28 janvier 2004. Ils protestaient, notamment, contre la mise en place du nouveau plan départemental de garde. Ils ont obtenu gain de cause puisque ce plan ne sera finalement pas appliqué
C'est à l'appel de la chambre syndicale des ambulanciers et du syndicat département des ambulanciers que les patrons d'ambulances sont descendus dans la rue. "Nous avons une obligation de service public, le transports des malades continue donc d'être assuré par les employés pendant que nous sommes là" souligne Henri Calicharane, président du syndicat.
C'est la mise en place du nouveau plan départemental des gardes qui a principalement motivé leur colère. "Décidé sans concertation par l'association de transport sanitaire urgent (ATSU, un organisme regroupant différents professionnels du transport sanitaire - ndlr), ce plan est tout simplement inapplicable" dit encore le syndicaliste. Le plan prévoit une augmentation des permanences. Sachant que l'équipe de garde doit légalement bénéficier d'un jour de repos avant et après sa permanence, le tout dans le respect des 35 heures hebdomadaire, "il nous faudra forcément embaucher du personnel" commente Henri Calicharane. "Cela représente une énorme difficulté. D'une part parce que cela aura une répercussion difficilement supportable sur nos frais de fonctionnement, d'autre part parce que nous avons énormément de mal à trouver du personnel qualifié" dit encore le syndicaliste avant d'ironiser "ou alors il faut nous dire clairement que l'on peut embaucher au noir des gens sans compétence".

"Une victoire sur toute la ligne"

Les choses n'auront pas eu besoin d'en arriver là. La délégation qui a égé reçue en préfecture a obtenu l'assurance que le nouveau plan ne s'appliquerait pas. Une décision d'autant plus facile que le document n'a toujours pas été signé par le préfet. La copie a donc été renvoyée devant l'ATSU. "Un nouveau tableau de garde va être déterminé en concertation avec l'ensemble des représentants de la profession, ce qui n'avait pas été le cas. C'est une victoire sur toute la ligne" se réjouit Michel Zitte, patron ambulancier au Port. En attendant la nouvelle mouture, l'ancien plan (celui en vigueur l'année dernière) continue de s'appliquer.
Les ambulanciers ont également obtenu satisfaction auprès de la caisse générale de sécurité sociale (CGSS). Après avoir manifesté, les taxis avaient obtenus de la Caisse plus de conventionnement pour le transport assis des malades. C'est du moins ce qu'avait annoncé leur responsable syndical. Colère des ambulanciers. "Sur les 100 taxis déjà conventionnés, seuls 60 font réellement du transport de malades, qu'ils s'arrangent entre - eux pour mieux répartir ces conventionnements et qu'ils ne viennent pas chercher du travail chez les ambulanciers" lançait Georges-Marie Séry, président de la chambre syndicale.
Les ambulanciers ont été rassurés à lors de leur entretien en fin de matinée avec la direction de la CGSS. "Il nous a bien été précisé qu'il était hors de question d'augmenter les conventionnements" a annoncé Georges-Marie Séry.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !