Election du président du conseil régional :

Paul Vergès au sommet de la Pyramide Inversée


Publié / Actualisé
Paul Vergès n'a eu aucun mal pour être réélu, vendredi matin, à la tête de la Région. Le président sortant 34 voix , soit les 27 voix de l'Alliance et les 7 des socialistes et des verts, contre 11 pour Alain Bénard, le candidat de l'UMP.
Paul Vergès n'a eu aucun mal pour être réélu, vendredi matin, à la tête de la Région. Le président sortant 34 voix , soit les 27 voix de l'Alliance et les 7 des socialistes et des verts, contre 11 pour Alain Bénard, le candidat de l'UMP.
Ayant obtenu 27 sièges lors du 2e tour des régionales le 28 mars dernier, l'Alliance était assurée d'obtenir la présidence du conseil régional. Il restait cependant à savoir quelle attitude adopteraient les socialistes et les verts après le refus de l'Alliance de fusionner les listes de gauche pour le second tour. Michel Vergoz (PS) et ses colistiers ont finalement choisi d'apporter leur soutien à la candidature de Paul Vergès. "La droite et la gauche sont deux choses bien distinctes. Il est important de marquer le vote de rejet qui a prévalu lors de ces élections pour faire face au véritable rouleau compresseur que représente ce gouvernement ", souligne Michel Vergoz.
Mais ce soutien a des limites. Les socialistes et les verts ont en effet choisi de conserver leur liberté de parole en refusant de participer à l'exécutif de la Région. Ce qui a tout de même permis à Paul Vergès d'obtenir une très large majorité des voix pour sa réélection à la présidence de la Région, obtenant 34 des 45 voix contre 11 au candidat de l'UMP, Alain Bénard.

Un front contre le gouvernement

Paul Vergès décroche ainsi un deuxième mandat à la tête de la Pyramide Inversée, dont il est à 79 ans le doyen. Dans son discours de politique générale, il a tenu à rappeler les nombreux défis qui attendaient la Réunion au cours de ces six prochaines années. Et de rappeler que l'île comptera 830 000 habitants, soit 80 000 de plus qu'aujourd'hui, à la fin de cette mandature. Dans le même temps, les régions ultra-périphériques devront trouver des solutions pour résister à l'élargissement de l'Europe.
Paul Vergès a également profité de l'occasion pour marquer son opposition à la politique gouvernementale. "L'union des Régions sera indispensable pour faire reculer le gouvernement", commente le président de la Région qui annonce d'ores et déjà "de larges actions dans lesquelles l'outre-mer sera présent".
Il aussi dressé la liste des grands chantiers qu'il entendait mener au cours de cette nouvelle mandature, de la route des Tamarins,, au tram-train en passant par le développement des énergies renouvelables ou d'actions en faveur de la formation et de la mobilité.

La commission permanente du conseil régional

Président : Paul Vergès
1er vice-président : Camille Sudre
2ème vice-président : Catherine Gaud
3ème vice-président : Pierre Vergès
4ème vice-président : Alain Armand
5ème vice-président : Denise Delorme
6ème vice-président : Wilfrid Bertile
7ème vice-président : Christine Pombayen Soupramanien
8ème vice-président : Guy Jarnac
9ème vice-président : Jocelyne Lauret
10ème vice-président : Philippe Berne
11ème vice-président : Raymond Mollard
12ème vice-président : Yasmina Pansbahaya
13ème vice-président : Yvon Virapin Kichenin

Membres

Éric Magamootoo
Monique Orphé
Michel Vergoz
Alain Bénard
Dominique Fournel
Roland Hoareau
Didier Robert
Thierry Sam Chit Chong
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !