21ème course de pneus de Mayotte :

Ça roule pour eux...


Publié / Actualisé
Mayotte, samedi 3 juillet 2004, 13 heures. Comme chaque année dans les rues de M'tsapéré, c'est soudain un véritable raz-de-marée. Un déferlement de centaines de paires de jambes galopant derrière un pneu, que deux bâtons permettent de guider. La 21ème course de pneus de Mayotte vient de commencer sous le regard attentif de Noël André, l'un de nos fidèles lecteurs, qui nous a adressé son reportage en images et en texte
Mayotte, samedi 3 juillet 2004, 13 heures. Comme chaque année dans les rues de M'tsapéré, c'est soudain un véritable raz-de-marée. Un déferlement de centaines de paires de jambes galopant derrière un pneu, que deux bâtons permettent de guider. La 21ème course de pneus de Mayotte vient de commencer sous le regard attentif de Noël André, l'un de nos fidèles lecteurs, qui nous a adressé son reportage en images et en texte
Un pneu et deux bâtons..., un jouet de fortune, mais c'est aussi ce qui depuis 21 fait la fortune de cette course de pneus. Aujourd'hui plus de 700 petites têtes rondes reçoivent leur tee-shirt illustré du petit bonhomme de Bao, la mascotte de la compétition qui leur ressemble si bien. Et Jack Passe, le fondateur de la course, est toujours là, depuis ce fameux mois de juillet 1984 où il a donné le premier départ.
Il avait remarqué ce jeu des enfants de Mayotte, qui s'amusaient avec ce qu'ils trouvaient et qui ne coûtait rien. Un vieux pneu, ramassé sur une décharge, deux bâtons taillés derrière le village, un peu d'huile (remplacée aujourd'hui par du savon plus écologique) et l'idée de la course était née.
Aujourd'hui, ce sont plus d'une centaine de bénévoles, des dizaines de sponsors et d'associations qui participent à l'événement. Quant au budget, il s'élève à plus de 15 000 euros.
Une belle idée généreuse dont le succès ne cesse de grandir. Au point que les grands ont voulu s'y mettre. Ainsi, on a pu voir samedi près de 60 équipes d'adultes, composées de 5 coureurs, poussant allègrement leur pneu. Ce n'est plus seulement une course, où les "Schoumarer" de Kaweni déjà vainqueurs l'an passé battent des records de vitesse, c'est aussi une fête avec ses coureurs déguisés, ses pneus énormes, ses mélanges de tous les habitants.
La course longe la mer sur 4 kilomètres jusqu'au quai de la barge de Mamoudzou . A l'arrivée, Nourdine Hachim sera le plus rapide, un bout de bonhomme dont le tee-shirt tout troué disparaît sous celui encore blanc de la course : un symbole? D'autant que M'Dallah Toianti monte avec lui sur le podium pour les filles et reçoit en cadeau le même VTT. Les deux-là ne courraient-ils pas pour le Mayotte à venir ?

André Noël
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !