Piton de La Fournaise :

Le volcan redessine La Réunion


Publié / Actualisé
La Réunion n'en finit plus de s'agrandir. Lundi 30 août 2004 au matin, elle avait déjà gagné 4,5 hectares sur la mer et ce n'est sans doute pas fini. La lave déversée par le Piton de la Fournaise continue de se jeter dans la mer au pied du Grand Brûlé, remodelant complètement le littoral.

Visionnez toutes les nouvelles photos aériennes et au sol réalisées lundi matin
La Réunion n'en finit plus de s'agrandir. Lundi 30 août 2004 au matin, elle avait déjà gagné 4,5 hectares sur la mer et ce n'est sans doute pas fini. La lave déversée par le Piton de la Fournaise continue de se jeter dans la mer au pied du Grand Brûlé, remodelant complètement le littoral.

Visionnez toutes les nouvelles photos aériennes et au sol réalisées lundi matin
Le trémor reste très actif. Et "pour le moment, il ne semble pas que nous nous dirigions vers la fin de l'éruption" disait ce lundi 30 août en milieu de journée Thomas Staudacher, directeur de l'observatoire volcanologique.Du coup, la roche en fusion a avalé dans la nuit du dimanche 29 août au lundi 30 août une partie du sentier aménagé côté Sainte-Rose (Est) par l'office national des forêts (ONF). Côté Saint-Philippe (Sud), une coulée se jette dans l'océan depuis dimanche soir offrant un spectacle de toute beauté. Il est distant de 150 mètres de la première coulée. L'accès vers ce nouveau "son et lumière" est possible grâce à un chemin aménagé par l'ONF.

5 terrains de football "

Côté Sainte-Rose, le spectacle reste époustouflant, même s'il n'est plus aussi flamboyant qu'aux premiers jours. À force de chuter dans l'eau, la lave a fini par complètement remodeler le paysage. Là où le mercredi 25 août encore, la mer s'abattait en vagues furieuses contre la falaise, il y a maintenant une plateforme "grande comme environ 5 terrains de football" note Ilya Risovics, agent patrimonial à la Maison forestière de Bois Blanc. Le niveau de la "nouvelle terre" était plus haut que celui de la mer, les bords de falaise semblent plus bas. Prisonnière de la roche solidifiée, la lave emprunte maintenant des tunnels et ne se déverse plus en cascade dans l'eau.
Mais c'est justement ce fantastique et rapide changement de paysage qui force l'admiration. Les visiteurs ne s'y trompent pas. Tous apprécient le spectacle, tous hélas ne respectent pas cette nature qui se donne si généreusement en spectacle.

4 tonnes de détritus

Entre le mercredi 25 et le dimanche 29 août pas moins de 4 tonnes de détritus (bouteilles, sachets, restes de repas etc.) ont été abandonnés sur place par les spectateurs. "Les saletés laissées par les gens ont rempli 6 camions" remarque le forestier Ilya Risovics. L'affaire coûte un argent que le forestier aurait aimé utiliser à autre chose. Végétaliser le site de l'ancienne décharge par exemple.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !