Visite ministérielle :

Un million de touristes en 2020


Publié / Actualisé
Le ministre délégué au tourisme, Léon Bertrand, a rencontré les élus de la Région Réunion et les acteurs du tourisme réunionnais mardi 11 octobre 2005 à l'hôtel de Région. Ils lui ont présenté le schéma de développement et d'aménagement touristique de La Réunion, un rapport qui définit les orientations stratégiques pour le tourisme à l'horizon 2020.
Le ministre délégué au tourisme, Léon Bertrand, a rencontré les élus de la Région Réunion et les acteurs du tourisme réunionnais mardi 11 octobre 2005 à l'hôtel de Région. Ils lui ont présenté le schéma de développement et d'aménagement touristique de La Réunion, un rapport qui définit les orientations stratégiques pour le tourisme à l'horizon 2020.
Le ministre délégué au tourisme, Léon Bertrand, a rencontré les élus de la Région Réunion et les acteurs du tourisme réunionnais mardi 11 octobre 2005 à l'hôtel de Région. Ils lui ont présenté le schéma de développement et d'aménagement touristique de La Réunion, un rapport qui définit les orientations stratégiques pour le tourisme à l'horizon 2020.

La stagnation de la fréquentation touristique depuis cinq ans à moins de à 430 000 touristes, la forte dépendance de la Métropole à laquelle s'ajoute, entre autres, une offre peu renouvelée et une faible capacité hôtelière ont amené les acteurs en charge du tourisme à élaborer un plan qui doit relancer ce secteur important de l'économie réunionnaise.
Avec ce schéma, il s'agit pour Jocelyne Lauret, la présidente du comité de tourisme, "de doubler les recettes et de tripler le nombre d'emplois dans le secteur touristique". Actuellement, le tourisme représente pour La Réunion, 360 millions d'euros de recettes globales et 10 000 emplois. L'autre ambition est d'atteindre 600 000 touristes en 2010 et un million en 2020. Le schéma préconise également le développement d'un tourisme durable et la valorisation du triptyque mer-montagne-culture, en s'appuyant sur le concept " d'île nature et de découverte ".

Initier de nouveaux marchés extérieurs

En ce qui concerne les enjeux stratégiques, la diversification des marchés extérieurs, la création d'hébergements attractifs, l'initiation de partenariats commerciaux avec les pays voisins sur des destinations clés sont autant de pistes à explorer. Il s'agit par là d'attirer les opérateurs privés internationaux sur le produit Réunion.
Pour autant, il est indispensable de lever un certain nombre d'obstacles selon Camille Sudre, vice président au conseil régional. Il a d'abord évoqué la question du désenclavement aérien, puis celle de la politique française des visas. Camille Sudre a souhaité que La Réunion soit associée dans les discussions que l'Etat entend engager avec des pays représentants un potentiel d'échanges touristiques pour l'île.

Vers une nouvelle politique des visas

De son côté, le ministre a une fois de plus mis l'accent sur la nécessité pour La Réunion de trouver des partenariats avec les pays de la zone océan Indien, cela afin de proposer un produit commun qui présenterait un avantage concurrentiel nouveau. D'autre part, il a annoncé avant son départ lors d'une conférence de presse, que les négociations concernant la délivrance des visas d'entrée sur le territoire français à l'intention de la clientèle touristique chinoise viennent d'aboutir. Désormais, les Chinois pourront venir plus facilement dans l'hexagone et par conséquent à La Réunion.
Quelques professionnels du tourisme ont interpellé le ministre sur la nécessité de réglementer l'accès à la profession de restaurateur, de baisser la TVA et de créer à La Réunion une structure pour accueillir des congrès d'envergure internationale.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !