Sida et lutte contre les discriminations :

"Je suis séropositif(ve). Votre réaction?"


Publié / Actualisé
Les trois associations réunionnaises de lutte contre le SIDA ont lancé une campagne de communication intitulée "Je suis séropositif(ve). Votre réaction?". Elle est destiné à combattre les discriminations dont sont victimes les personnes atteintes par le virus
Les trois associations réunionnaises de lutte contre le SIDA ont lancé une campagne de communication intitulée "Je suis séropositif(ve). Votre réaction?". Elle est destiné à combattre les discriminations dont sont victimes les personnes atteintes par le virus
Rive, Sid'Aventure et l'ARPS , les trois associations réunionnaises de lutte contre le SIDA (syndrome immuno déficience acquise), la DRASS (direction régionale de l'action sanitaire et sociale) la caisse générale de sécurité social(CGSS) et le conseil général ont présenté ce mercredi 23 novembre 2005 leur campagne contre la discrimination dont sont victimes les personnes atteintes par le virus.
Cette 6ème campagne de communication s'achèvera le 4 décembre prochain. Elle est intitulée "Je suis séropositif(ve). Votre réaction?". Des spots radios, des affiches ainsi que des spots télévisuels serviront à sensibiliser la population contre l'exclusion des personnes touchées par le virus.

Peur et méconnaissance

En effet, la peur, le manque d'information, la méconnaissance de la maladie ou les tabous liés au VIH/SIDA, entraînent encore trop souvent la stigmatisation et la discrimination des victimes. Ces attitudes négatives touchent toutes les sphères de la vie publique et intime : travail, école, système de santé, famille, partenaire sexuel. La présidente de l'association Rive, le docteur Catherine Gaud note que "50% des personnes séropositives à La Réunion se disent victimes de mise à l'écart dans leur vie de tous les jours". Cette mise à l'écart et cette stigmatisation sont les obstacles principaux à la prévention et à la prise en charge de cette maladie. La crainte du rejet détourne du dépistage et incite les personnes atteintes de cette maladie à se taire, à se priver de soins. C'est ainsi que "beaucoup de personnes préfèrent la mort physique que la mort sociale" déplore le docteur Catherine Gaud.

25 millions de morts

Rappelons par ailleurs qu'à La Réunion, entre 1995 et 2005, les centres épidémiologiques ont enregistreé une augmentation des cas de séropositivité de plus de 110%. Cette année, 606 personnes ont été dépistées positives au VIH/SIDA. Dans le monde en 2004, (données Onusida) près de 39,4 millions de personnes vivaient avec le VIH/SIDA, soit 37,2 millions d'adultes dont 17,6 millions de femmes ainsi que 2,2 millions d'enfants de moins de 15 ans. La région qui comptabilise le plus grand nombre de personnes vivant avec ce virus est l'Afrique subsaharienne avec 25,4 millions de malades, adultes et enfants confondus, contre 610 000 en Europe Occidentale. Depuis le début de l'épidémie, en 1983, 25 millions de personnes dont le monde en sont mortes.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !