Tempête tropicale :

Meurtrière Diwa


Publié / Actualisé
Trois personnes sont mortes à Cilaos (Sud) dans la nuit de dimanche à lundi. Elles ont été asphyxiées par les émanations d'un groupe électrogène qu'elles utilisaient à la suite d'une coupure de courant due à Diwa. Par ailleurs, à la Saline-les-Hauts, on reste sans nouvelle d'une mère de famille de cinquantaine d'année. Elle a disparu depuis dimanche matin alors qu'elle se rendait à son travail. Son véhicule pourrait avoir été emporté par les eaux qui ont submergé le radier de Saint-Gilles-les-Hauts. Ce mardi matin 7 mars 2006 de fortes pluies continuent de s'abattre sur l'île
Trois personnes sont mortes à Cilaos (Sud) dans la nuit de dimanche à lundi. Elles ont été asphyxiées par les émanations d'un groupe électrogène qu'elles utilisaient à la suite d'une coupure de courant due à Diwa. Par ailleurs, à la Saline-les-Hauts, on reste sans nouvelle d'une mère de famille de cinquantaine d'année. Elle a disparu depuis dimanche matin alors qu'elle se rendait à son travail. Son véhicule pourrait avoir été emporté par les eaux qui ont submergé le radier de Saint-Gilles-les-Hauts. Ce mardi matin 7 mars 2006 de fortes pluies continuent de s'abattre sur l'île
Les corps sans vie d'une mère de famille, de son fils et de sa fille ont été découverts lundi matin à Cilaos par le père de famille. Le couple était séparé. Le père était venu prendre des nouvelles de sa famille lorsqu'il a fait la macabre découverte.
Les trois victimes dormaient dans la même pièce . Selon toute vraisemblance, les trois personnes ont été asphyxiées par les émanations de gaz cabonique émises par un groupe électrogène qui avait été installé dans la cuisine à l'intérieur de la maison.
Des arbres, déracinées par les vents de Diwa, s'étant abattues sur des câbles électriques, la commune de Cilaos n'était plus alimentée en électricité depuis samedi soir. C'est pour pallier le manque de courant que le groupe électrogène a été allumé par la famille. L'erreur, fatale, aura été de le placer dans la maison.
Trois autres enfants qui dormaient dans une autre pièce ont été incommodés mais sont désormais hors de danger. Ils doivent sans doute la vie au fait qu'ils étaient allongés sur des matelas à même le sol où l'air était moins toxique.

Disparue en allant au travail

À la Saline-les-hauts, une drame a frappé une autre famille. Yolande Hibon n'a plus réapparu depuis dimanche matin. Aide-soignante à la maternité de l'hôpital de Saint-Paul, elle a quitté son domicile de la Saline-les-Hauts vers 5 heures pour se rendre à son travail. Elle conduisait une Toyota Yaris. Sur le trajet de cette mère de famille de 4 enfants se trouvait le radier submergé de Saint-Gilles-les-Hauts. C 'est ce qui fait craindre le pire.
Cela d'autant que lundi matin, les gendarmes ont retrouvé un pare choc pouvant correspondre à celui de l'automobiliste disparue. Il était coincé dans un bassin de 5 à 6 mètres de profondeur au niveau du terrain de golf Saint-Gilles-les Hauts. De plus, dans le courant de l'après-midi, les enfants de l'automobiliste ont repêché dans la ravine un pare-soleil et une housse de voiture appartenant à leur mère.
Les gendarmes reprendront les recherches dès 6 heures ce mardi.

Coulée de boue

Un autre drame a failli avoir lieu à Sainte-Marie (Nord). Une coulée de boue a envahi une maison dans la nuit de dimanche à lundi. Trois enfants qui dormaient ont été recouverts de boue et sauvés de justesse par leurs parents et leurs voisins. À la Rivière des Pluies ce qui restait des maisons déjà endommagées lors des pluies d'il y a 15 jours, ont achevé de s'effondrer dans les eaux boueuses de la rivière des Pluies. Par mesure de sécurité plusieurs familles ont évacué le secteur. Leurs maisons menacent d'être emportées.

Routes coupées

Par ailleurs, les précipitations souvent violentes qui ont continué à tomber sur La Réunion en général et sur le Sud ainsi que l'Ouest en particulier ont provoqué plusieurs inondations, glissements de terrain et éboulis. Dans l'Ouest, le centre-ville de la Saline et ses abords, la Grande Fontaine et le Tour des Roches, notamment, étaient sous les eaux lundi matin.
Le Cap Lahoussaye, les routes du littoral, de Cilaos et de Salazie sont fermés et le resteront jusqu'à nouvel ordre. Secoué par les eaux en crue de la rivière des Galets, le pont métallique enjambant le cours d'eau est fermé à la circulation. De nombreux radiers sont submergés. De manière générale, la circulation est difficile sur l'ensemble du réseau routier.
Diwa continuant de s'éloigner de La Réunion et l'alerte orange a été levée par la préfecture à 19 heures lundi. Mais ce mardi matin de fortes précipitations arrosent le Nord et l'Ouest de l'île. Des rafales, souvent fortes, de vent continuent de souffler. Météo France ne prévoit pas d'amélioration notable du temps avant jeudi.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)