Un plan pour relancer le tourisme rodriguais :

Rodrigues attend ses visiteurs


Publié / Actualisé
Le tourisme est en crise à Rodrigues. De 2003 à 2005, le nombre de visiteurs est passé de 63 584 à 46 947 (- 26,16%). Les premiers chiffres indiquent que la saison 2006 ne sera guère meilleure. Selon l'association tourisme réuni (A.T.R), l'augmentation du prix du billet d'avion et les effets de l'épidémie de chikungunya (700 cas officiellement recensés à Rodrigues) sont à l'origine de cette situation. "Toute l'économie rodriguaise est menacée de mort puisqu'elle repose essentiellement sur le secteur touristique" commente Willy Auguste, l'un des responsables de l'A.T.R.
Le tourisme est en crise à Rodrigues. De 2003 à 2005, le nombre de visiteurs est passé de 63 584 à 46 947 (- 26,16%). Les premiers chiffres indiquent que la saison 2006 ne sera guère meilleure. Selon l'association tourisme réuni (A.T.R), l'augmentation du prix du billet d'avion et les effets de l'épidémie de chikungunya (700 cas officiellement recensés à Rodrigues) sont à l'origine de cette situation. "Toute l'économie rodriguaise est menacée de mort puisqu'elle repose essentiellement sur le secteur touristique" commente Willy Auguste, l'un des responsables de l'A.T.R.
Les effets de cette baisse de fréquentation touristique se font durement sentir. Certains hôtels ont licencié, d'autres ont diminué les appointements de leurs personnels les payant, par exemple, à 75% de leur salaire depuis 2004.
La crise a aussi des répercussions sur l'ensemble des petits métiers parallèles. Faute de clients en nombre suffisant dans les hôtels, les pêcheurs, agriculteurs, artisans, fleuristes...., n'arrivent pas à écouler leurs produits convenablement.
"S'il n'y a pas un véritable plan de relance, d'autres licenciements sont à craindre. Notre économie sera véritablement sinistrée" insiste Willy Auguste en ce début juillet 2006. C'est la raison pour laquelle, avec d'autres acteurs du secteur touristique, il plaide en faveur de la mise en place d'une grande opération de promotion de l'île. Des ateliers de réflexion autour de la relance de la destination se sont tenus à la suite des récentes assises mauriciennes du tourisme. Un certain nombre d'opérateurs Rodriguais et Mauriciens ont adopté les grandes orientations d'une stratégie de relance. Des pistes de travail ont été définies et consignées dans un rapport.

Un bon packaging

"Ce document est un outil. Nous sommes ainsi mieux armés pour assurer la promotion de l'île dans une période difficile. Il nous faut travailler de manière professionnelle et cibler la clientèle" commente Benoît Joli C?ur, également responsable de l'A.T.R. À la M.T.P.A. (Mauritius tourism promotion authority - comité du tourisme) l'on est également conscient de la nécessité d'agir en ce sens.
"Rodrigues est un très bon produit, mais l'île rencontre des difficultés pour en faire un bon packaging" explique Robert Devaux, de la M.T.P.A. Pour remédier à cet état de fait, la structure envisage de travailler plus étroitement avec les opérateurs de tourisme et les autorités rodriguaises. Un représentant de la M.T.P.A va être nommé à Rodrigues. Il aidera les professionnels de la filière touristique à mieux vendre la destination.
Si tous les tous les acteurs de ce secteur d'activité s'accordent à dire qu'un plan de relance est nécessaire, Serge Clerc, le commissaire en chef de l'assemblée régionale de Rodrigues, ne semble pas partager totalement le pessimiste ambiant. "Certains disent que tout va mal, mais leur affirmation est souvent basée sur des préoccupations politiciennes" estime le dirigeant de l'assemblée régionale.

Nombreux atouts

Il dit également regretter que les embauches dans le secteur hôtelier n'aient pas fait l'objet d'une réflexion sur le long terme. Ce qui, selon lui, aurait éviter les licenciements. "Nous ne serions dans cette situation si l'embauche sociale n'avait pas été préférée à un emploi économiquement réfléchi" dit-il en substance. Notant ensuite que "le tourisme est le moteur de l'économie rodriguaise", Serge Clerc souligne qu'il "ne faut pas lésiner sur les moyens si l'on veut que Rodrigues deviennent une véritable destination touristique".
Rodrigues dispose pour cela de nombreux atouts. Ses structures d'accueil, du gîte à l'hôtel de luxe, n'ont pas à rougir de leur niveau de confort.
Ses paysages magnifiques ne sont pas défigurés par l'intrusion d'un modernisme effréné. Sa population a su conserver sa spontanéité et certain art de vivre.
Rodrigues n'attend plus que ses visiteurs.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !