Cyclone intense :

Gamède ravage La Réunion


Publié / Actualisé
L'alerte rouge a été levée à 6 heures ce lundi 26 février 2007, mais Gamède tarde à s'éloigner de La Réunion. Il se déplace vers l'Ouest à la vitesse de 5 km/h et à 7 heures ce lundi, il se trouvait à 360 km au Nord - Ouest de La Réunion par les points 18.4 Sud et 53.2 Est. Un automobiliste circulant en alerte route a été blessé. Le cyclone intense a gravement endommagé le réseau routier. La circulation est extrêmement difficile voire impossible notamment dans le Sud en raison de l'effondrement d'un des ponts de la rivière Saint-Etienne. La route du littoral est fermée et celle de la Montagne est difficilement praticable.
L'alerte rouge a été levée à 6 heures ce lundi 26 février 2007, mais Gamède tarde à s'éloigner de La Réunion. Il se déplace vers l'Ouest à la vitesse de 5 km/h et à 7 heures ce lundi, il se trouvait à 360 km au Nord - Ouest de La Réunion par les points 18.4 Sud et 53.2 Est. Un automobiliste circulant en alerte route a été blessé. Le cyclone intense a gravement endommagé le réseau routier. La circulation est extrêmement difficile voire impossible notamment dans le Sud en raison de l'effondrement d'un des ponts de la rivière Saint-Etienne. La route du littoral est fermée et celle de la Montagne est difficilement praticable.
Les 50 000 automobilistes se déplaçant quotidiennement entre Saint-Louis et Saint-Pierre n'ont plus aucun moyen de se déplacer. Long de 540 mètres, le pont au-dessus de la rivière Saint-Etienne dans le sens Saint-Louis - Saint-Pierre s'est en effet effondré vers 6 heures 30 dimanche matin. Il avait été construit il y a une quinzaine d'années. Deux ans de travaux seront nécessaires pour sa reconstruction. Le second pont dans le sens Saint-Pierre - Saint-Louis a également été déstabilisé. En attendant une expertise qui devrait mener en fin de semaine, après la baisse du niveau des eaux, la circulation y est interdite.
Le radier du Ouaki ayant été emporté, tout déplacement entre les deux villes - distante d'une dizaine de kilomètres - , est impossible. A moins bien sûr d'effectuer un tour de l'île par l'Est. Ce qui est synonyme de trois heures de trajet parfois dans des conditions difficiles. Et pour cause. La liaison entre Saint-Denis (Nord) et la Possession (Ouest) est très perturbée. La route du littoral restera en effet fermée à la circulation au moins jusqu'à mardi. La route de la Montagne est très difficilement praticable. Déjà ébranlé par les fortes pluies d'une précédente dépression, le pont métallique de la rivière des Galets a subit les assauts du cours d'eau en crue. Des flots boueux chargés de roches ont cogné sans répit contre les piles du pont. Par mesure de sécurité les deux ouvrages d'art enjambant la rivière resteront fermés à la circulation au moins jusqu'en milieu de journée ce lundi. Le trafic routier est dévié par Cambaie
Dans l'Est, Grand Ilet est coupé du reste de l'île. La route de Salazie s'est en effondrée au niveau de la ravine Fleurs Jaunes. Cilaos (Sud), n'est plus accessible par la route. De nombreux radiers sont submergés. Ce lundi et les prochains jours, voire les prochaines semaines dans le Sud et les hauts de l'Est, devraient donc être extrêmement difficile en termes de circulation. En début de matinée des embouteillages commençaient d'ailleurs à se former sur l'ensemble du réseau routier.

fortes pluies

L'alerte rouge a donc été levée à partir de 6 heures lundi matin, mais tous les établissements scolaires, les centres de formation et les universités resteront fermés. En ce début de matinée, la région Ouest, notamment la zone de la Possession et le Port, ainsi que la région Sud, entre autres la Plaine des Cafres, sont toujours sous l'influence du cyclone intense. Dans ces zones, des rafales de vents à plus de 120 km/h sont enregistrées. Les averses sont parfois violentes.
Météo France qui prévoit de fortes pluies sur la plupart des régions au moins jusqu'à mardi, appelle à la plus grande prudence.

Sans eau ni électricité

Par ailleurs, 100 000 personnes sont actuellement privées d'électricité. Elles sont également 100 000 à ne plus être alimentées en eau potable. 40 000 abonnés n'ont plus de téléphone. Le réseau de téléphonie mobile est perturbés. Tous les centres d'hébergement de l'île restent ouverts, plus de 200 personnes y ont déjà trouvé refuge. L'agriculture, notamment les cultures maraîchères, de mangues, de bananes et de cannes, a gravement souffert. A la demande du ministre de l'outremer, François Baroin, procédure de placement de l'île en état de catastrophe naturelle va immédiatement être lancée.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !