La Réunion en alerte rouge :

Gamède la devastatrice


Publié / Actualisé
Gamède continue de se déchaîne sur l'île, particulièrement sur l'Ouest et les hauts du Sud ce mardi 27 février 2007. Une jeune femme a été emportée par les eaux d'un radier au Tampon et un enfant s'est noyé dans la ravine du Chaudron à Saint-Denis. La Réunion sera en alerte rouge à partir de 18 heures. Le cyclone devrait passer au plus près des côtes ouest en début de soirée. Il sera alors à environ 300 km de l'île. Visionnez toutes les photos
Gamède continue de se déchaîne sur l'île, particulièrement sur l'Ouest et les hauts du Sud ce mardi 27 février 2007. Une jeune femme a été emportée par les eaux d'un radier au Tampon et un enfant s'est noyé dans la ravine du Chaudron à Saint-Denis. La Réunion sera en alerte rouge à partir de 18 heures. Le cyclone devrait passer au plus près des côtes ouest en début de soirée. Il sera alors à environ 300 km de l'île. Visionnez toutes les photos
Mardi matin, une femme de 44 ans a été emportée par les eaux d'une ravine au Tampon. Au volant de son véhicule, elle tentait de traverser un radier submergé lorsqu'elle a été emportée. Son 4x4 est coincé dans les eaux, mais la malheureuse n'a pas été retrouvée.
Aux Avirons, un homme de 37 ans, est porté disparu depuis lundi soir. En fait, il a quitté son domicile dimanche pour se rendre chez des parents et il n'a pas été revu depuis. Sa disparition est inquiétante car le jeune homme devait traverser une ravine pour retourner chez lui.
A Saint-Denis, un homme emporté par la ravine du Chaudron ne doit sa vie qu'à l'intervention d'un témoin qui n'a pas hésité à se jeter à l'eau pour le secourir.
A noter que 3 personnes ont gravement été blessées et 66 plus légèrement dans divers accidents et incidents inhérents au passage du cyclone. Mardi en début de soirée, 230 sinistrés avaient trouvé refuge dans les différents centres d'hébergements de l'île.
A 22 heures, Gamède se trouvait à 265 km à l'Ouest de La Réunion par les points 21.3 Sud et 52.7 Est. Il se déplace vers le Sud à la vitesse de 20 km/h. Sa trajectoire le rapproche constamment de La Réunion. Il sera au plus près de l'île dans la nuit.
Les conditions météo sont particulièrement mauvaises dans les cirques, les plaines, ainsi qu'à la Possession, au Port et à Saint-Paul. Les précipitations sont importantes. Les rafales de vents atteignent les 150 km/h sur le littoral et les 200 km/h sur les hauteurs.
Le front de mer de cette commune a été littéralement dévasté par une énorme houle. Des creux de 10 mètres et de vagues de 12 mètres chargées de galets s'abattent sur le rivage. La mer a littéralement creusé sous la rive. Deux abris de pêches et des camions bars ont été emportés par les flots.
Aidés par la population les propriétaires des lieux ont essayé de sauver ce qu'ils pouvait en essayant d'échapper à l'océan déchaîne
Le drame a été évité de justesse lorsqu'une vague plus forte que les autres s'est écrasé sur le quai atteignant la chaussée. Jetées au sol et traînées sur le bitume, deux personnes ont été blessées.
Dans le quartier de la baie de Saint-paul, de nombreux riverains, pêcheurs pour la plupart craignaient pour leurs maisons et leurs embarcations q'ils ont tenté de mettre à l'abri tant bien que mal.
L'évacuation du quartier n'est pas à exclure. D'autre part, conséquence de la montée des eaux, des familles ont été évacuées de Salazie et de l'Îlet Quinquina à Saint-Denis.
Météo France précise qu'aucune amélioration notable du temps n'est à attendre avant mercredi soir.

Trafic routier quasiment impossible

Par ailleurs, tout au long de la journée de mardi, le trafic routier a été particulièrement perturbé. L'effondrement du pont de la rivière Saint-Etienne, la fermeture de la route du littoral et celle des ponts sur la rivière des Galets, la submersion de nombreux radiers, le vent et la pluie ont transformé le moindre déplacement en véritable expédition. La Réunion étant en alerte orange, la vie économique était légalement sensée reprendre. Cet état de fait a jeté sur les routes des dizaines de milliers de personnes qui ont rapidement été engluées dans les embouteillages tout en subissant des conditions météo exécrables et souvent dangereuses.

Avion dérouté

La limite de dangerosité a été atteinte en milieu de matinée sur la route de la Montagne, seul axe possible pour rallier le Nord à l'Ouest. La voie de circulation a été ouverte à 6 heures malgré qu'elle soit déjà difficilement praticable. Moins de 2 heures plus tard, elle était totalement impraticable. La décision était prise de la fermer à 10 heures. Un délai trop court pour évacuer les milliers d'automobilistes qui se trouvaient déjà sur la voie de circulation. Roulant au pas, ils ont littéralement été pris au piège sous une falaise gorgée d'eau, n'ayant ni la possibilité de faire demi-tour ni celle de poursuivre leur route. Des mouvements d'énervement ont eu lieu. Finalement, toutes les voitures ont pu atteindre Saint-Denis ou la Possession.
Maurice n'échappe pas aux mauvaises conditions météorologiques. Un avion en provenance d'Europe a été dérouté sur La Réunion en milieu de journée. Les passagers, essentiellement des Allemands et de Britanniques, sont hébergés au stade de l'Est à Saint-Denis.
Quant au ministre de l'Outre-Mer, François Baroin arrivé en milieu de matinée, a annulé sa visite du pont Saint-Etienne et d'une exploitation de Pierrefonds en raison de mauvais temps. Il est donc resté à Saint-Denis pour exprimer la "solidarité nationale" aux Réunionnais sinistrés.
Enfin, concernant les différents réseaux, mardi soir 40 000 foyers n'avaient pas d'électricité, 115 000 étaient privés d'eau et 3 200 de téléphone
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !