Piton de la Fournaise :

Regain d'activité


Publié / Actualisé
L'éruption semble dotée d'une nouvelle vigueur. Le trémor a encore augmenté dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril 2007. Ce samedi matin des projections de lave d'une hauteur de 100 mètres étaient éjectées par la faille éruptive. Dans l'après-midi, l'activité s'est un peu calmée. Le Dolomieu poursuit son effondrement tandis que ses remparts, instables, interdisent toute reconnaissance à pied. Tous les signaux enregistrés par l'observatoire du volcan montrent que l'éruption s'installe dans le temps
L'éruption semble dotée d'une nouvelle vigueur. Le trémor a encore augmenté dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril 2007. Ce samedi matin des projections de lave d'une hauteur de 100 mètres étaient éjectées par la faille éruptive. Dans l'après-midi, l'activité s'est un peu calmée. Le Dolomieu poursuit son effondrement tandis que ses remparts, instables, interdisent toute reconnaissance à pied. Tous les signaux enregistrés par l'observatoire du volcan montrent que l'éruption s'installe dans le temps
Ce vendredi 13 avril, tous les signaux enregistrés par l'observatoire volcanologique montraient que l'éruption débutée le 2 avril s'installe dans le temps. "Il n'y a aucun signe d'arrêt de l'éruption", confirme Frédéric Massin, doctorant en géologie à l'observatoire du volcan.
Le trémor a diminué en intensité mais est stable. La sismicité sous le sommet du Dolomieu aussi globalement baissé mais reste active. Les coulées de lave restent importantes et aucune sismicité n'est enregistrée à proximité du Tremblet. Malgré tout, la sismicité actuelle déstabilise le "piston" entre la chambre magmatique et le sommet du volcan. Cela aboutit à un effondrement en profondeur se répercutant jusqu'à la surface. Du coup, la pression sur la chambre magmatique augmente et le débit de magma s'intensifie à la faille éruptive.

Un autre effondrement encore possible

"On se demande même s'il reste encore beaucoup de magma", s'interroge Frédéric Massin. "Quand on calcule le volume de la chambre magmatique, on arrive à des dimensions plus importantes que l'effondrement observé", poursuit-il. Ce qui signifie que si la chambre magmatique continue de se vider, un autre affaissement est à prévoir.
Du coup, le Dolomieu est complètement déstabilisé et les remparts sont fragiles et incertains. Les volcanologues n'ont pu s'y rendre à pied qu'une seule fois pour enlever les cendres se trouvant sur les panneaux solaires utilisés par l'observatoire. "C'est sûr qu'il ne faut pas planter sa tente là-bas", plaisante Frédéric Massin.
Ces effondrements devraient durer encore plusieurs semaines et la configuration du Dolomieu pourrait être totalement bouleversée. Les itinéraires de randonnées seront donc, très vraisemblablement, revus. En attendant, bien sûr, l'enclos est interdit d'accès par arrêté préfectoral.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !