Économie :

L'agriculture se porte bien


Publié / Actualisé
La Direction de l'Agriculture et de la Forêt vient de publier une étude portant sur la structure des exploitations agricoles dans l'île en 2007. Cette enquête, présentée jeudi 4 septembre 2008 à la préfecture, a pour objectifs de mesurer l'efficacité des politiques agricoles et de connaître la santé de l'agriculture réunionnaise.
La Direction de l'Agriculture et de la Forêt vient de publier une étude portant sur la structure des exploitations agricoles dans l'île en 2007. Cette enquête, présentée jeudi 4 septembre 2008 à la préfecture, a pour objectifs de mesurer l'efficacité des politiques agricoles et de connaître la santé de l'agriculture réunionnaise.
Surfaces cultivées, taille de l'exploitation, nombre de salariés et types de cultures, la nouvelle étude réalisée par la DAF auprès d'un échantillon de 1100 exploitations n'a omis aucun critère. Diagnostic précis de l'agriculture locale, le rapport fait apparaître que la canne reste le pivot du secteur primaire à La Réunion. Elle représente encore 38 % de la production, mais affiche un net recul par rapport à 2005.
Pourtant, selon Michel Sinoir, directeur de l'Agriculture et de la Forêt dans le Département, les conclusions de l'enquête s'avèrent largement positives démontrant que l'agriculture réunionnaise a encore de beaux jours devant elle. "Pour la première fois depuis 25 ans, les effectifs d'actifs agricoles se sont stabilisés, ils auraient même tendance à augmenter. Les surfaces agricoles utilisées se sont également stabilisées de même que le nombre d'exploitations professionnelles (les plus productives) qui sont aujourd'hui 5000. Les exploitations de plus de 5 hectares n'ont pas bougé non plus depuis 2000. Ces bonnes nouvelles indiquent que notre agriculture est solide et se perpétue" fait-il remarquer.
Michel Sinoir note par ailleurs que les petites structures se sont solidifiées grâce, notamment, à une meilleure professionnalisation et une meilleure formation des chefs d'exploitation. Actuellement, un tiers des agriculteurs ont un niveau d'études secondaire ou supérieur. En outre, ils sont plus spécialisés qu'auparavant, donc techniquement plus compétents et répondent mieux aux besoins du marché selon la DAF.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...