Fruits :

La fraise se porte bien


Publié / Actualisé
Malgré les pressions phytosanitaires, la filière fraise à La Réunion se porte plutôt bien. État des lieux
Malgré les pressions phytosanitaires, la filière fraise à La Réunion se porte plutôt bien. État des lieux
À Mont Vert les Hauts, une parcelle de démonstration a été mise en place en 2007 pour développer la Production Fruitière Intégrée (PFI), une technique de production novatrice dans le domaine de la culture de la fraise. Il s'agit de produire des fruits de qualité en donnant la priorité aux techniques respectueuses de l'environnement (éviter d'utiliser des pesticides, préserver les ressources en eaux, favoriser la repousse d'herbes qui protègent de l'érosion, etc.)
Cette initiative expérimentale résulte d'un partenariat entre la Chambre d'Agriculture et divers acteurs du monde agricole. Elle traduit le dynamisme de la filière fraise à La Réunion. Mont Vert les hauts est également le village qui accueille la Fête de la Fraise, la dernière s'est déroulée le 13 octobre.
La vente des fraises se cantonne entièrement à La Réunion, l'exportation n'ayant pas donné de résultats probants jusqu'ici. L'offre locale se tourne principalement vers les grandes surfaces (25%), la transformation (20%) par les pâtissiers et les glaciers locaux, vers les marchés forains (20%), vers les grossistes et bazardiers (19%) en enfin à la vente directe, sur les bords des routes (10%).

30 hectares de culture

Le plus fort pôle de production de fraise reste la région du Grand Tampon, autour de laquelle se développe le principal bassin de production qui s'étend sur toute la région sud ouest, de Grand Coude à Trois Bassins, à des altitudes comprises en 600 et 1000 mètres. On note également de nouvelles exploitations plus petites dans le nord et l'est de l'île, de Dos D'âne aux hauts de Sainte-Marie.
Sur l'ensemble de l'île, 30 hectares sont consacrés à la culture de la fraise.
Une exploitation moyenne représente 3000 mètres carrés soit une plantation moyenne annuelle de 10 000 plants par producteurs. Une soixantaine de producteurs tirent un revenu substantiel de cette culture. Les récoltes ont lieu de juin à décembre avec un pic de production situé en octobre/ novembre.
Il faut noter cependant que cette année est marquée par des problèmes phytosanitaires qui ont affectés la filière fraise : des maladies dues à des champignons, telles que l'anthracnose et le xanthomonas, notamment. Ainsi, la production 2008 devrait être de l'ordre de 750 tonnes contre 950 tonnes en temps normal. Ces difficultés devraient être partiellement résolu rapidement grâce à une production locale en fraisi-mottes et à de nouvelles sources d'approvisionnement en plants frigo, par exemple en Italie.

Production d'avenir

Néanmoins, les producteurs locaux sont confrontés à un certain nombre de problèmes qui expliquent ces dernières années la baisse des chiffres de la production. La forte pression pshytosanitaire, la dépendance des plants venus d'ailleurs, les difficultés de commercialisation de la production pendant certaines périodes ou encore la difficulté à valoriser la qualité gustative de certaines variétés constituent les principaux obstacles rencontrés.
La Chambre d'Agriculture de La Réunion estime que la fraise est une production d'avenir car les besoins restent très importants au niveau de la transformation locale. De nouvelles perspectives sont donc envisagées comme la culture sous abris, pour diminuer les traitements pshytosanitaires, ou encore la labellisation des fruits issus de la Production Fruitière Intégrée, afin de les valoriser auprès des consommateurs.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...