Crash de l'A310 au large de Moroni :

Les balises des boîtes noires repérées


Publié / Actualisé
Le signal des deux balises "pinger" des boîtes noires de l'A310 de Yemenia Airways qui s'est abîmé le mardi 30 juin 2009 avec 153 personnes à bord au large des Comores a été repéré, annonce ce dimanche 5 juillet le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) depuis la plage de Galawa située à proximité de la zone de recherches. "Les "pinger" sont programmés pour émettre un son toutes les secondes pendant un mois" indique le colonel Dominique Fontaine, commandant des opérations côté français. Le BEA va maintenant utiliser du matériel spécifique déterminer la zone d'émission des signaux.
Le signal des deux balises "pinger" des boîtes noires de l'A310 de Yemenia Airways qui s'est abîmé le mardi 30 juin 2009 avec 153 personnes à bord au large des Comores a été repéré, annonce ce dimanche 5 juillet le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) depuis la plage de Galawa située à proximité de la zone de recherches. "Les "pinger" sont programmés pour émettre un son toutes les secondes pendant un mois" indique le colonel Dominique Fontaine, commandant des opérations côté français. Le BEA va maintenant utiliser du matériel spécifique déterminer la zone d'émission des signaux.
Par ailleurs, un corps a été retrouvé par des pêcheurs ce dimanche vers 7 heures 40 à proximité des côtes d'Anjouan, l'une des trois îles de la république islamique des Comores. Une enquête est en cours pour déterminer s'il s'agit de l'une des victimes de l'A310 de Yemenia Airways. Une équipe de médecins légistes, dont un Français, a rejoint la zone où a été retrouvé le corps pour tenter de l'identifier.

L'Airbus qui s'est écrasé le mardi 30 juin transportait 142 passagers et 11 membres d'équipage. Il effectuait la liaison Marseille - Paris - Sanaa (Yémen) - Moroni. Seule une adolescente de 14 ans, Bahia Bakari, a été retrouvée. Souffrant d'une fracture à la clavicule et d'une brûlure au genou, elle a été transférée dans un hôpital parisien. Elle a pu retrouver son père, ses frères et s?urs qui résident à Paris. Sa mère qui voyageait avec elle est portée disparue.


Envoyée spéciale de www.ipreunion en Grande Comore
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !