Éducation nationale - visite de Luc Chatel :

Un petit tour et puis s'en va


Publié / Actualisé
Arrivé à La Réunion ce vendredi matin 20 novembre 2009, Luc Chatel, ministre de l'Éducation nationale, s'est rendu au lycée polyvalent Bellepierre à Saint-Denis dans le courant de l'après-midi. Le représentant du gouvernement a rencontré des enseignants à huis clos avant de participer à une table ronde avec une trentaine d'élèves du lycée, en présence de la presse. Luc Chatel y a officiellement présenté la réforme des lycées voulue par Nicolas Sarkozy avant de terminer sa journée par une visite de courtoisie à l'école Damase Legros au Chaudron, où sont pris en charge des élèves en difficulté d'apprentissage.
Arrivé à La Réunion ce vendredi matin 20 novembre 2009, Luc Chatel, ministre de l'Éducation nationale, s'est rendu au lycée polyvalent Bellepierre à Saint-Denis dans le courant de l'après-midi. Le représentant du gouvernement a rencontré des enseignants à huis clos avant de participer à une table ronde avec une trentaine d'élèves du lycée, en présence de la presse. Luc Chatel y a officiellement présenté la réforme des lycées voulue par Nicolas Sarkozy avant de terminer sa journée par une visite de courtoisie à l'école Damase Legros au Chaudron, où sont pris en charge des élèves en difficulté d'apprentissage.
Luc Chatel a notamment expliqué les bases de la réforme des lycées axée sur une orientation plus personnelle, progressive et continue ainsi que sur un accompagnement personnalisé. 1 200 lycées participent à des échanges entre professeurs, proviseurs et élèves depuis mars afin "d'établir ce qui va et ce qui ne va pas" remarque le ministre de l'Education nationale.

À noter qu'à La Réunion tous les ans 1 700 lycéens quittent leur établissement sans avoir obtenu le bac (ils sont 50.000 dans ce cas en métropole). Et 40% des élèves qui passent le bac ont redoublé au moins une fois. Par ailleurs, un étudiant sur deux rate sa 1ère année d'université, souvent suite à une mauvaise orientation.

Interpellé sur le non remplacement de 16.000 postes d'enseignants en 2010, le ministre a précisé que "la réforme n'a pas pour objectif de créer des postes mais d'adapter les lycées aux élèves".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !