Visite de Marie-Luce Penchard, ministre de l'outremer :

Tram-train : l'État ne remettra pas la main à la poche


Publié / Actualisé
En visite à La Réunion depuis ce lundi matin 23 novembre 2009, Marie Luce Penchard a confirmé que l'État n'a pas l'intention d'augmenter son enveloppe budgétaire concernant le projet de tram-train. La Région réclame une rallonge de 80 millions d'euros sur les 800 000 millions que l'État s'est déjà engagé à verser. La Région, qui doit signer dans 4 semaines le contrat avec l'entreprise chargée de réaliser cet équipement, menace d'abandonner le projet.
En visite à La Réunion depuis ce lundi matin 23 novembre 2009, Marie Luce Penchard a confirmé que l'État n'a pas l'intention d'augmenter son enveloppe budgétaire concernant le projet de tram-train. La Région réclame une rallonge de 80 millions d'euros sur les 800 000 millions que l'État s'est déjà engagé à verser. La Région, qui doit signer dans 4 semaines le contrat avec l'entreprise chargée de réaliser cet équipement, menace d'abandonner le projet.
Silence des acteurs économiques au sujet du tram-train, ce lundi matin 23 novembre 2009, au cours de leur réunion avec la ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard. Dans des interviews accordées au Quotidien et au Journal de l'île parues ce lundi matin, la ministre a fait part de la décision de l'État de rejeter la demande de la Région de subventionner l'entretien du tram-train. Il faudra l'intervention de la presse pour entendre Marie-Luce Penchard défendre la position du gouvernement.

"L'État n'a rien à se reprocher", telle est la position de Marie-Luce Penchard et du gouvernement au sujet du tram-train. "L'État a tenu ses engagements pris avec le protocole de Matignon de 2007. C'est un projet important dont il faut pouvoir maîtriser les coûts" continue-t-elle. L'État s'est engagé à financer le projet à hauteur de 800.000 millions d'euros, il a bonifié les prêts contractés par la Région et transformé 435.000 euros de part de défiscalisation en subvention. "Le gouvernement a été au-delà de ce qu'il avait à faire. Nous ne pouvions pas prendre une décision aussi importante que de financer 80 millions d'euros d'entretien du tram-train en si peu de temps".

Cette demande de subvention pour l'entretien du réseau ferroviaire a été formulée par la Région à quatre semaines de la signature du contrat avec l'entreprise chargée de réaliser le projet.

Discrètement prise à partie par Krisna Damour, porte-parole du collectif pour le développement de la micro-région Sud, à l'issue de la rencontre avec les représentants du monde économique réunionnais, et avant la conférence de presse, Marie-Luce Penchard répondait : "il faut savoir parfois faire des choix et ce n'est pas mon rôle". La ministre de l'Outre-mer faisait allusion aux projets, également bien avancés, de la Maison des Civilisations et de la route du littoral tous deux soutenus par le conseil régional

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !