Conseil régional :

Un comité de pilotage pour la route du littoral


Publié / Actualisé
Le conseil régional s'est réuni ce mardi 22 décembre 2009 pour la dernière assemblée de l'année. Notamment afin de discuter le rapport de la nouvelle route du littoral. Un comité de pilotage doit se réunir fin janvier pour étudier les quatre solutions proposées en mer et sélectionner l'une d'entre elles. Le comité et les experts devront tenir compte de l'hypothèse sur la montée des eaux dues au réchauffement climatique. Les quatre projets de nouvelle route ont en commun d'être constitués d'une digue, d'un viaduc et d'une digue. Seules des points techniques les différencient
Le conseil régional s'est réuni ce mardi 22 décembre 2009 pour la dernière assemblée de l'année. Notamment afin de discuter le rapport de la nouvelle route du littoral. Un comité de pilotage doit se réunir fin janvier pour étudier les quatre solutions proposées en mer et sélectionner l'une d'entre elles. Le comité et les experts devront tenir compte de l'hypothèse sur la montée des eaux dues au réchauffement climatique. Les quatre projets de nouvelle route ont en commun d'être constitués d'une digue, d'un viaduc et d'une digue. Seules des points techniques les différencient
À ce jour, la hauteur de la digue est encore à définir et la Région est dans l'attente des conclusions du comité des experts et des services techniques du ministère. Le rapport est attendu pour cette fin d'année 2009. Du coup, les remarques envers la lenteur de la Région vont bon train. Philippe Berne, 10e vice-président du conseil régional explique cette situation par plusieurs points. "Le projet est complexe car nous avons pris la décision de passer en mer. En effet, l'idée de creuser un tunnel a été abandonnée. Mais un nouveau problème se pose, celui de la montée des eaux, renforcé par la tendance annoncée à Copenhague qui était de dire que la montée allait s'accélérer".

Plusieurs études restent à réaliser, notamment la seconde phase de concertation publique, ainsi que l'organisation de l'enquête publique. Les travaux pourraient au mieux être programmés à compter de 2012. La livraison définitive de l'ouvrage, telle que prévue au protocole de Matignon, devrait se faire en 2017.

Autre point qui a été discuté, la participation de la région à la création d'un groupement d'intérêt public des services à la personne (GIP-SAP). En effet, la liquidation judiciaire de l'Arast a généré le plus important licenciement colelctif de La Réunion avec la disparition de plus de 1 000 postes. Suite à l'annonce faite par le conseil général de créer un GIP afin de prendre le relais de l'Arast en matière d'aide à la personne, la Région se joindra au Département pour apporter leur compétence en matière de formation et structuration de la filière.

Enfin, la Région a voté ce mardi matin le projet de schéma régional sur les formations sanitaires et sociales. Il consiste à organiser l'offre de formation des métiers sanitaires et sociales, afin de répondre à une demande croissante. Le projet est articulé autour de trois axes. Développer la formation des métiers sanitaires et sociales. Promouvoir et organiser la formation tout au long de la vie. Développer le lien entre la formation et la réalité du terrain. Mais une question reste en suspend: quels sont les besoins du secteur sanitaire et social.

Les conseillers régionaux ont discuté des orientations budgétaires de la collectivité pour 2010.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !