Santé :

Deux antidiabétiques retirés du marché


Publié / Actualisé
L'Afssaps (agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a décidé le 9 juin 2011 de suspendre l'utilisation en France des médicaments contenant de la pioglitazone pour lutter contre le diabète. Cette décision prendra effet le 11 juillet 2011 pour permettre aux patients de contacter leur médecin qui adaptera leur traitement. En 2007, la Réunion affichait un taux de prévalence du diabète de 7,8%, soit le taux le plus élevé de France.
L'Afssaps (agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a décidé le 9 juin 2011 de suspendre l'utilisation en France des médicaments contenant de la pioglitazone pour lutter contre le diabète. Cette décision prendra effet le 11 juillet 2011 pour permettre aux patients de contacter leur médecin qui adaptera leur traitement. En 2007, la Réunion affichait un taux de prévalence du diabète de 7,8%, soit le taux le plus élevé de France.
Après le scandale du Médiator, ce sont deux nouveaux antidiabétiques que l'AFSSAPS a décidé de retirer du marché jeudi 9 juin 2011 : Actos et Competact, tous deux contenant de la pioglitazone. Cette molécule est accusée d'augmenter le risque de cancer de la vessie. En France, 230 000 personnes sont traitées par ce médicament. A la Réunion, l'ARS (agence régionale de Santé), n'était pas en mesure de donner des informations complémentaires vendredi 10 juin 2011. De son côté, l'assurance maladie, qui détient les chiffres de la diffusion du médicament, n'était pas joignable.

Un risque de cancer de la vessie significativement augmenté, de l'ordre de 20%, a été relevé par une étude menée par l'Afssaps, suite à des doutes sur la molécule. Ce risque augmenterait au fil du temps et de la durée de prise du médicament. L'augmentation du risque de 22% passe à 36% pour un traitement d'au moins 2 ans et même à 76% pour des fortes doses cumulées de plus de 28 g. Le 19 avril dernier, l'Afssaps avait déjà mis le médicament sous surveillance et ses ventes avaient fortement chuté.

Selon une étude de l'observatoire de la santé de la Réunion qui date de décembre 2009, la prévalence du diabète traité est de 8,6% pour les femmes contre 6,8% pour les hommes en 2007, soit une moyenne de 7,8%, deux fois supérieure au taux métropolitain. Dans l'île, le diabète est responsable de 233 décès en moyenne chaque année entre 2005 et 2007.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !