INSEE - Journée internationale contre la pauvreté :

Précarité et chômage toujours en hausse


Publié / Actualisé
Le 17 octobre a été proclamé "journée internationale contre la pauvreté". À La Réunion, malgré une légère amélioration au cours de ces trois dernières années, la crise économique et financière n'a pas épargné l'île. Selon l'Insee, beaucoup de Réunionnais vivent encore de minima sociaux alors que le chômage et la précarité ne cessent d'augmenter de nouveau.
Le 17 octobre a été proclamé "journée internationale contre la pauvreté". À La Réunion, malgré une légère amélioration au cours de ces trois dernières années, la crise économique et financière n'a pas épargné l'île. Selon l'Insee, beaucoup de Réunionnais vivent encore de minima sociaux alors que le chômage et la précarité ne cessent d'augmenter de nouveau.
En 2010, 144 000 Réunionnais sont allocataires d'au moins un minimum social. L'Insee note qu'après trois années de recul, le nombre d'allocataires augmente de 2,4 % et le nombre de bénéficiaires, allocataires et ayants-droit, augmente parallèlement. "En 2010, 271 000 personnes, soit un tiers de la population réunionnaise, bénéficient d'un minimum social. Sur l'année, 787 millions d'euros ont été versés au titre des minima sociaux, soit plus de 3,4 % par rapport à 2009", poursuit l'institut de statistiques.

L'Insee a déterminé que 116 360 Réunionnais étaient inscrits à Pôle emploi en 2010. Ce qui représente 12 640 personnes de plus sur un an, alors qu'en métropole, la demande d'emploi a augmenté plus faiblement, de 3,4 %. Si la demande d'emploi chez les femmes a augmenté de 14,8% contre 9,8% pour les hommes, les seniors sont particulièrement touchés. Le nombre de demandeurs d'emploi de 50 ans ou plus enregistrant une hausse de 27,5 % pour s'établir à 17 600 à la fin de l'année 2010.

Parallèlement, les auteurs de l'étude établit que plus de 27 000 contrats aidés ont été signés en 2010, soit une augmentation de 16,3 % par rapport à 2009. Le secteur non marchand bénéficie essentiellement de cette hausse puisque 87 % des contrats aidés ont été signés dans ce secteur.

Par ailleurs, travailler ne met pas toujours à l'abri de la pauvreté, puisque, selon l'Insee, 30 % des personnes en emploi vivent sous le seuil de pauvreté national. À La Réunion, les familles monoparentales et les familles nombreuses sont particulièrement touchées. 144 000 enfants vivant, en effet, sous le seuil à La Réunion, poursuit l'institut. Il ajoute que le niveau de vie médian réunionnais est de 39 % inférieur à celui de France métropolitaine. Des inégalités de revenus plus accentuées malgré le poids des prestations sociales.

Mais selon les auteurs de l'étude, cette précarité touche davantage les plus âgés. En 2008, ils étaient 45 % de plus de 65 ans à bénéficier du minimum vieillesse. Avec 633 euros par mois pour une personne seule, ces seniors vivent en dessous du seuil de pauvreté national. Un risque de pauvreté plus important pour les plus de 75 ans, notamment chez les femmes.

Rappelons que l'assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 17 octobre journée internationale pour l'élimination de la pauvreté en 1992.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !