Ecole des Beaux-Arts - Retard dans le versement des bourses :

Les temps sont durs pour les étudiants


Publié / Actualisé
Les étudiants boursiers de l'école supérieure des Beaux-Arts ne sont pas contents. Plusieurs d'entre eux n'ont en effet pas reçu le paiement de leur bourse depuis décembre. Un coup dur pour Mickaël, Ophélie et leurs camarades, qui se retrouvent en difficulté pour payer leur loyer, leurs charges, leur déplacement et leurs courses. "Tous les ans, c'est la même chose, on nous donne toujours la même réponse selon laquelle il y a un problème informatique. En attendant, la situation est dramatique pour beaucoup d'étudiants, surtout que quand on est boursier, généralement, ça signifie que nos parents ne peuvent pas nous aider", souligne Ophélie, étudiante en 4e année des Beaux-Arts.
Les étudiants boursiers de l'école supérieure des Beaux-Arts ne sont pas contents. Plusieurs d'entre eux n'ont en effet pas reçu le paiement de leur bourse depuis décembre. Un coup dur pour Mickaël, Ophélie et leurs camarades, qui se retrouvent en difficulté pour payer leur loyer, leurs charges, leur déplacement et leurs courses. "Tous les ans, c'est la même chose, on nous donne toujours la même réponse selon laquelle il y a un problème informatique. En attendant, la situation est dramatique pour beaucoup d'étudiants, surtout que quand on est boursier, généralement, ça signifie que nos parents ne peuvent pas nous aider", souligne Ophélie, étudiante en 4e année des Beaux-Arts.
En ce début 2012, les étudiants des Beaux-Arts font grise mine. Alors que la période des partiels approche, ils n'ont pas perçu leur bourse pour le mois de janvier, alors que celle-ci aurait dû être virée sur leurs comptes à la mi-janvier. "On ne sait pas ce qu'il se passe, mais c'est problématique, on se retrouve sans ressources", lâche Mickaël, étudiant en 4e année.

"Je ne sais pas si les autres étudiants sont touchés par ce retard. En tout cas, aux Beaux-Arts, c'est vraiment problématique. On n'a pas de restaurant universitaire, ni de campus à proximité. Moi, j'habite à la Montagne à Saint-Denis, je dois faire la route tous les jours jusqu'au Port, et sans bourse, ça devient vite difficile", confie Mickaël, qui est boursier à l'échelon 6. Cela signifie que sur son compte, doit être versée chaque mois la somme de 460 euros. "Sans ça, on s'en sort pas. D'autant plus qu'en école d'art, on a besoin d'acheter du matériel pour nos travaux. Là, en ce début d'année, je suis déjà à découvert", raconte-t-il.

Pour Ophélie, également en 4e année d'étude aux Beaux-Arts, la situation est "dramatique". "C'est difficile, ne serait-ce que pour se nourrir. Généralement, si on est boursier, c'est que nos parents n'ont pas vraiment les moyens de nous aider. Alors, quand on est privé de bourse, on se retrouve dans une situation délicate", déclare-t-elle.

Les étudiants des Beaux-Arts ont essayé d'avoir des explications sur ce retard. "On a fait des réclamations au CROUS, qui nous renvoie à la direction des affaires culturelles parce qu'en tant qu'école d'art, on dépend du ministère de la culture et non de l'éducation", explique Mickaël. "La direction des affaires culturelles nous a répondu que le ministère envoyait une enveloppe pour l'année au CROUS, et que le problème devait donc venir du CROUS", poursuit-il.

"Au final, on nous renvoie d'organismes en organismes, de services en services et notre situation n'est toujours pas réglée", regrette Ophélie. "Franchement, soit on nous prend pour des imbéciles, soit ils devraient changer de personnel, mais nous on pâtit de la même histoire chaque année", ajoute-t-elle.

De son côté, Aldo Jean-Jacques, délégué à la culture et à la communication, indique ne pas être au courant de retard dans le virement des bourses étudiantes. "Il y a peut-être des retards dans les bourses des étudiants qui se sont pris en retard pour constituer leur dossier", avance-t-il. Pourtant, Mickaël et Ophélie ont bien rempli leur demande de bourse dans le délai imparti. Ils n'ont d'ailleurs pas eu de retard concernant la période entre septembre et novembre. A cet argument, Aldo Jean-Jacques répondra : "Il est possible qu'avec la clôture de l'exercice budgétaire 2011 et la fermeture de certains services durant la période estivale, le virement des bourses de certains étudiants a pris du retard". Dans ce cas, il informe que le CROUS essaie de résoudre le problème dans les meilleurs délais.

Interrogé sur ce problème qui touche les étudiants des Beaux-Arts, Stéphane Maillot, président du syndicat étudiant Unef, note que "des retards ont été remarqués pour tous les étudiants boursiers de l'académie, pas seulement ceux des Beaux-Arts". "Le problème serait dû à un bug informatique lors du transfert des virements entre le Rectorat et la Trésorerie générale chargée de verser la bourse sur les comptes", indique-t-il. "C'est un vrai problème pour les étudiants, et surtout ceux qui logent dans le privé et qui ont des factures à payer", déplore Stéphane Maillot. Il ajoute que d'après ce qu'on lui a dit, certains virements ont déjà été effectués depuis quelques jours et que les autres devraient suivre d'ici la semaine prochaine.

Malgré nos sollicitations par téléphone et par courrier ce jeudi 26 janvier, ni la direction de la vie étudiante au CROUS, ni le Rectorat n'ont répondu à nos questions. En attendant, les étudiants des Beaux-Arts ont prévu d'envoyer un courrier au préfet pour l'alerter sur leur situation.

Samia Omarjee pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !