Présidence de la République :

Bonjour Hollande, au revoir Sarkozy


Publié / Actualisé
François Hollande est devenu ce mardi 15 mai 2012 le septième président de la Ve République française, lors d'une cérémonie de passation de pouvoirs qui a couronné une transition sans anicroche après les tensions de la campagne électorale. "A compter de ce jour, vous incarnez la France, vous symbolisez la République, vous symbolisez les valeurs la République et vous représentez l'ensemble des Français", a déclaré le président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré, après avoir rappelé les résultats du second tour de l'élection présidentielle le 6 mai où François Hollande a battu Nicolas Sarkozy avec la majorité absolue des suffrages exprimés (51,6%).
François Hollande est devenu ce mardi 15 mai 2012 le septième président de la Ve République française, lors d'une cérémonie de passation de pouvoirs qui a couronné une transition sans anicroche après les tensions de la campagne électorale. "A compter de ce jour, vous incarnez la France, vous symbolisez la République, vous symbolisez les valeurs la République et vous représentez l'ensemble des Français", a déclaré le président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré, après avoir rappelé les résultats du second tour de l'élection présidentielle le 6 mai où François Hollande a battu Nicolas Sarkozy avec la majorité absolue des suffrages exprimés (51,6%).
Le président élu le 6 mai est arrivé sous le soleil à 10 heures (heure de Paris) au palais de l'Elysée pour la passation de pouvoirs et son investiture qu'il a souhaitée "sobre". Costume sombre et cravate bleu foncé, François Hollande a été accueilli par Nicolas Sarkozy au bas du perron de l'Elysée.

Le président sortant, qui n'aura fait qu'un mandat, a accueilli le nouveau chef de l'Etat sur le tapis rouge, devant plusieurs centaines de journalistes, photographes et cameramen et une unité de gardes républicains. Les deux hommes ont échangé une poignée de mains avant d'entrer dans le palais de l'Elysée.

Ils ont ensuite eu un bref entretien lors duquel Nicolas Sarkozy devait attirer l'attention de son successeur sur des dossiers délicats n'ayant pas vocation à être rendus publics et lui remettre éventuellement des notes sur ces sujets. Le chef de l'Etat sortant devait également évoquer le sort de certains de ses collaborateurs.

Après quoi le chef d'Etat-major particulier du président de la République devait informer François Hollande, nouveau chef des armées, des procédures relatives à la dissuasion nucléaire.

Après une entrevue d'une vingtaine de minutes, le nouveau président de la République a raccompagné Nicolas Sarkozy, qui est reparti en voiture avec sa femme Carla Bruni. Ils ont été salués comme le veut la tradition par le personnel de l'Elysée.

Pour la cérémonie d'investiture, dans la salle des fêtes, au rez-de-chaussée du palais présidentiel, aucun membre de la famille du nouveau président n'était présent, à l'exception de sa compagne, Valérie Trierweiler.

Après proclamation des résultats officiels, signature du procès-verbal, remise du collier de grand maître de l'ordre de la Légion d'honneur, François Hollande a prononcé son allocution d'investiture vers 10h45 (heure de Paris).

François Hollande, lors de son premier discours de président, a promis de "redresser la France dans la justice, ouvrir une voie nouvelle à l'Europe et contribuer à la paix du monde". "Nos différences ne doivent pas devenir des divisions, nos diversités des discordes", a poursuivi le nouveau président pour qui "la France a besoin d'apaisement, de réconciliation, de rassemblement". "C'est le rôle du président d'y contribuer, faire vivre ensemble tous les Français sans distinction autour des mêmes valeurs, celle de la République, tel est mon impérieux devoir", a-t-il ajouté.

François Hollande a aussi rendu hommage à tous ses prédécesseurs. Il a salué le "prestige" de Charles De Gaulle, la "modernisation" de Valéry Giscard d'Estaing. Au sujet de François Mitterrand, il a assuré avoir "une pensée toute particulière" pour lui. Il a fait part d'un message plus bref à Nicolas Sarkozy, à qui il a simplement adressé ses "meilleurs voeux" pour sa nouvelle vie.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !