Conseil régional - Bilan de mi-mandature :

Les 2 000 bus manquent à l'appel


Publié / Actualisé
Didier Robert, président du conseil régional, a présenté ce mercredi 6 juin 2012 son bilan de mi-mandat à la tête de la Pyramide inversée. Un bilan qui selon lui est "positif" avec de "bons résultats", dus à "une plus grande rigueur dans la gestion finale de la collectivité" et "une meilleure gestion des recettes". Il a affirmé que sa mandature se faisait "dans le respect des engagements pris". Malgré ses déclarations, on peut constater que certains de ces projets sont vivement contestés, notamment par l'opposition régionale, à l'image de la nouvelle route du littoral. D'autres sont contestables, comme celui sur le Trans Eco Express. Si Didier Robert se félicite des 132 bus propres subventionnés par la Région dans le cadre de ce projet en 2011, on est bien loin des 2 000 bus promis par le président de Région lors de la campagne des régionales de mars 2010.
Didier Robert, président du conseil régional, a présenté ce mercredi 6 juin 2012 son bilan de mi-mandat à la tête de la Pyramide inversée. Un bilan qui selon lui est "positif" avec de "bons résultats", dus à "une plus grande rigueur dans la gestion finale de la collectivité" et "une meilleure gestion des recettes". Il a affirmé que sa mandature se faisait "dans le respect des engagements pris". Malgré ses déclarations, on peut constater que certains de ces projets sont vivement contestés, notamment par l'opposition régionale, à l'image de la nouvelle route du littoral. D'autres sont contestables, comme celui sur le Trans Eco Express. Si Didier Robert se félicite des 132 bus propres subventionnés par la Région dans le cadre de ce projet en 2011, on est bien loin des 2 000 bus promis par le président de Région lors de la campagne des régionales de mars 2010.
Didier Robert s'est félicité de "l'extrême bonne santé financière" du conseil régional en présentant les résultats du compte administratif 2011. "On ressort avec de cette année avec un résultat positif, dû à un gestion rigoureuse et dynamique", explique-t-il. Il met en avant un taux de réalisation de 91% en engagement, un résultat cumulé sur 2011 qui atteint 304,6 millions d'euros, et un niveau de dette en diminution par rapport en 2010.

Concernant le bilan d'activités 2011, il a mis en exergue quatre points, dont les bons résultats en tourisme, puisque 471 000 touristes sont venus à La Réunion l'an dernier, soit une augmentation de 12% par rapport à 2010. Il a aussi félicité les actions de la collectivité en terme d'égalité des chances (création des Cases à lire pour lutter contre l'illettrisme, école de la 2e chance, plan ordinateur portable, bourses de la réussite, continuité territoriale...) et de développement de la recherche.

Mais il a commencé par les engagements de la collectivité en matière de développement économique. Dans cette partie, il évoque les avancées dans le cadre des grands projets du protocole de Matignon, à savoir notamment la nouvelle route du littoral et le Trans Eco Express.

Sur la nouvelle route du littoral, il a rappelé que la déclaration d'utilité publique avait été validée par arrêté préfectoral, et que le début des travaux était toujours programmé pour la fin 2013. Pour rappel, le coût de ces travaux est estimé à 1,6 milliard d'euros, financés par les accords de Matignon, pour une livraison à l'horizon 2018-2020.

Si Dominique Fournel, en charge de ce projet à la Région, affirme que ces accords sont maintenus, le projet n'a jamais été du goût de l'opposition au conseil régional pour diverses raisons, et à l'heure où la majorité présidentielle a changé, certains, à l'image de Jean-Pierre Marchau, candidat Europe Ecologie les Verts aux législatives, demandent la renégociation des accords de Matignon II afin de financer un véritable projet de transport en commun sur rail pour La Réunion. On notera également que le candidat François Hollande s'est prononcé en faveur d'un réseau ferré pour l'île. Alors qu'adviendra-t-il réellement de cette nouvelle route du littoral telle qu'elle est présentée par Didier Robert ?

Sur le deuxième point, le Trans Eco Express, il avait été présenté comme un "investissement de 650 millions d'euros" pour la mise "en service de 2 000 bus roulant au GPL et circulant sur des voies réservées dans l'ensemble des 24 communes pour couvrir toutes les villes, les quartiers et les écarts". A mi-mandat, c'est peu dire que cette promesse électorale fait pâle figure.

D'après le bilan d'activités 2011, 132 bus propres ont été subventionnés à hauteur de 27 millions d'euros pour la création/extension de 274 km de lignes de bus. "Ces 132 bus viennent s'ajouter aux 1 400 véhicules existants, nous sommes donc à 1 500 bus sur 2 000", déclare Didier Robert. Une explication qui a du mal à convaincre, et qui ne répond absolument pas à la promesse de départ. Si on se base sur le chiffre d'une centaine de bus par an, à la fin de la mandature de Didier Robert en 2014, ce sont environ 500 bus sur 2 000 qui auront réellement été mis en place...

   

2 Commentaire(s)

Moak, Posté
"DES BONS RESULTATS!"il nous le sortait chaque année quand il était maire du tampon. MENSONGE,il à laissé derriére lui du déficit que celui qui dirige la commune aujourd'hui essaie de combler,malgré les coups tordus de ses amis.Attendons la fin de son mandat pour voir. moi je crois que "DD"didier déficit nous ment comme il a menti au tamponnais de nombreuses années.Attendons le rapport de la cour de compte quand il seras parti. A BIENTOT DD.
Mouais, Posté
Vous en connaissez vous des politiciens qui assument leurs erreurs/promesses difficiles à tenir/etc ?
Le jour où ça arrivera ...

Par contre, pour la route du littoral ... Tram-train annulé ... La route du Littoral de Didier Robert bientôt annulé ? Retour d'un proje de train ? ... Qui sera de nouveau annulé ?

Ma pauvre île !