Semaine nationale de la prévention du diabète :

"Méfiez-vous des héritages familiaux"


Publié / Actualisé
Organisée par l'association française des diabétiques (AFD), la première semaine nationale de prévention du diabète se tient depuis le lundi 4 juin. L'occasion d'attirer l'attention sur cette maladie à laquelle succombe une personne dans le monde toutes les 8 secondes, et de sensibiliser la population au dépistage. Ce sont 3,5 millions de Français qui souffrent de diabète, et 700 000 personnes ignoreraient qu'elles sont malades. Selon les prévisions, un Français sur dix devraient être atteint de diabète dans quinze ans. A La Réunion, le diabète touche 70 000 à 80 000 personnes, et dans un cas sur 3, le diabète n'est pas connu. Il y a donc un véritable enjeu dans la prévention et le dépistage de la maladie.
Organisée par l'association française des diabétiques (AFD), la première semaine nationale de prévention du diabète se tient depuis le lundi 4 juin. L'occasion d'attirer l'attention sur cette maladie à laquelle succombe une personne dans le monde toutes les 8 secondes, et de sensibiliser la population au dépistage. Ce sont 3,5 millions de Français qui souffrent de diabète, et 700 000 personnes ignoreraient qu'elles sont malades. Selon les prévisions, un Français sur dix devraient être atteint de diabète dans quinze ans. A La Réunion, le diabète touche 70 000 à 80 000 personnes, et dans un cas sur 3, le diabète n'est pas connu. Il y a donc un véritable enjeu dans la prévention et le dépistage de la maladie.
En France, 700 000 personnes seraient diabétiques sans le savoir. Un chiffre alarmant quand on sait que le diabète, s'il reste déséquilibré pendant plusieurs années, peut entraîner de nombreuses complications.

Il existe plusieurs types de diabète, celui de type 2 étant le plus fréquent. Ce sont en effet 9 cas sur 10 qui souffrent de diabète de type 2, soit environ 150 millions de personnes dans le monde. D'après les prévisions, on estime que plus de 300 millions de personnes pourraient développer la maladie d'ici quinze ans.

Parmi les causes du diabète, figurent les facteurs de prédisposition, comme les gènes et les antécédents familiaux. Avec un parent diabétique, un individu a en effet 40% de risque de développer la maladie, tandis qu'avec deux parents malades, le risque atteint 70%. C'est pour illustrer ce lourd héritage génétique que l'association française des diabétiques (AFD) a lancé la première Semaine nationale de prévention du diabète avec le slogan "Méfiez-vous des héritages familiaux". Pour cette occasion, elle a mis en ligne un site spécifique, le www.contrelediabete.fr, où elle propose aux internautes de tester leur risque d'être diabétiques.

Le facteur héréditaire est certes important, mais d'autres facteurs de risque prédisposent à la survenue d'un diabète de type 2, ceux liés au mode de vie notamment. Les facteurs sociaux et environnementaux, comme le surpoids, l'obésité, le manque d'activité physique, ou la sédentarité, expliquent en effet l'accroissement important du diabète. Le diabète de type 2 peut ainsi être évité dans beaucoup de cas en aidant et en encourageant les personnes à risque à surveiller leur poids et à faire régulièrement de l'exercice. 



Pour rappel, le diabète de type 2 est une maladie qui peut, au début, être sournoise et ne se manifester par aucun symptôme. L'élévation du taux de sucre dans le sang (la glycémie) peut rester discrète. Et de nombreuses complications de la maladie risquent d'apparaître si le diabète reste déséquilibré pendant plusieurs années : cécité, maladies rénales, plaies du pied conduisant parfois à l'amputation, infarctus du myocarde ou encore accident vasculaire cérébral.

Il y a donc un véritable enjeu dans la prévention et le dépistage du diabète, d'autant qu'on sait qu'en améliorant la glycémie, on réduit le risque de complications. Le traitement du diabète comporte des mesures diététiques et une activité physique adaptée, et il existe en outre un choix important de médicaments. De même, des progrès sont faits pour rendre plus facile le traitement par insuline. 
 



   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !