Association des maires - Suppression des contrats aidés :

La rentrée reportée à une date ultérieure dans 23 communes


Publié / Actualisé
Les maires de La Réunion, réunis ce mercredi 8 août 2012 à Saint-Denis au siège de l'AMDR (association des maires de La Réunion) ont signé une motion appelant "l'attention du gouvernement sur la situation extrêmement préoccupante qui émane de la restriction drastique des contrats aidés du secteur non-marchand". Ne pouvant pas assurer convenablement l'hygiène et la sécurité des enfants, la rentrée scolaire des écoles maternelles et primaires, prévue initialement le jeudi 16 août 2012, sera reportée à une date ultérieure. 23 communes sur 24 sont signataires de la motion. Seule la commune de Saint-Denis ne l'a pas signée, la rentrée est donc maintenue au 16 août 2012 dans le chef-lieu.
Les maires de La Réunion, réunis ce mercredi 8 août 2012 à Saint-Denis au siège de l'AMDR (association des maires de La Réunion) ont signé une motion appelant "l'attention du gouvernement sur la situation extrêmement préoccupante qui émane de la restriction drastique des contrats aidés du secteur non-marchand". Ne pouvant pas assurer convenablement l'hygiène et la sécurité des enfants, la rentrée scolaire des écoles maternelles et primaires, prévue initialement le jeudi 16 août 2012, sera reportée à une date ultérieure. 23 communes sur 24 sont signataires de la motion. Seule la commune de Saint-Denis ne l'a pas signée, la rentrée est donc maintenue au 16 août 2012 dans le chef-lieu.
"A quelques jours de la rentrée scolaire, l'ensemble des communes a reçu la notification par le préfet de leur quota en nette diminution, à savoir plus de 50% pour certaines d'entre elles pour le dernier semestre 2012", indique la motion signée par les maires de l'île.

Première conséquence de ces restrictions sur les contrats aidés : le bon déroulement de la prochaine rentrée scolaire ne pourra se faire correctement. Selon Roland Robert, président de l'AMDR et maire de La Possession, "ce sont essentiellement les postes dédiés aux écoles, à savoir les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles, les agents chargés de l'animation, de la pause méridienne, de la restauration de l'entretien des cours et classes, qui ne seront pas pourvus".

Deuxième conséquence : les communes "seront indubitablement contraintes dans les prochains mois de restreindre, voire de supprimer certains services jusqu'alors proposés aux familles, en particulier les services aux personnes âgées, le soutien périscolaire et l'accompagnement des enfants handicapés en milieu scolaire".

Les maires ont tenu à rappeler le retard structurel et la croissance démographique soutenue que connaît le département de La Réunion, et par conséquence l'ampleur des défis à relever par les communes en matière d'équipements publics, d'aménagement et d'environnement. Or, "ces champs de compétences sont extrêmement consommateurs de main d'?uvre", souligne Roland Robert.

C'est pourquoi les maires de La Réunion demandent au gouvernement de reconsidérer urgemment le quota des contrats aidés mis à disposition des communes mais aussi du tissu associatif qui accompagne ces politiques publiques. Ils demandent également à ce que ces quotas tiennent compte dans les années à venir des besoins des communes et du contexte socio-économique, et la mise en place d'un accord-cadre avec l'Etat sur ces dotations annuelles, notifiées en début d'année sur la base de critères socio-démographiques.

Enfin, les maires ont réitéré leur demande de révision de l'assiette de calcul de l'assurance chômage en prenant en compte uniquement les dépenses liées aux seuls contrats aidés et non à celles de l'ensemble du personnel non titulaire afin de ne pas pénaliser les budgets communaux.

En attendant, ne pouvant assurer convenablement l'hygiène et la sécurité des enfants, la rentrée scolaire des écoles maternelles et primaires de l'île est repoussée à une date ultérieure, alors qu'elle était initialement prévue le 16 août. 23 communes sur 24 ont déjà signé la motion. En début d'après-midi, la ville de Saint-Denis a informé qu'elle n'est pas pas signataire de la motion déposée. Ainsi, la date de la rentrée scolaire 2012-2013 dans le chef-lieu sera bien le 16 août prochain.

A noter que l'ARCP (alliance des Réunionnais contre la pauvreté) a également déposé une motion à l'association des maires pour interpeler les parlementaires sur les contrats aidés. Les députés Huguette Bello, Patrick Lebreton et Jean-Claude Fruteau ont déjà interpelé le gouvernement sur ce sujet.

   

1 Commentaire(s)

Pierre SCHAEFER , Posté
Est-ce une bonne stratégie ? Si les enfants, n'allant pas à l'école, en profitent pour aller se baigner (sur la plage) et qu'ils se font bouffer par un requin ?? D'un autre côté, les écoliers ont, c'est vrai, plus de "chances" d'avoir un accident de la circulation que de se faire mordre par un squale, même à la Réunion ; c'est encore plus vrai chez nous, en Alsace, bien que les conducteurs du Bas-Rhin sont désignés par la Prévention Routière comme étant les meilleurs de France (le terme "moins mauvais" serait mieux approprié...).