Alcool au volant :

Nouveau report pour les éthylotests obligatoires


Publié / Actualisé
Une nouvelle fois, la date à laquelle les automobilistes seront verbalisés pour défaut d'éthylotest dans leur véhicule, est reportée. C'est le ministre de l'Intérieur Manuel Valls qui a annoncé ce report ce jeudi 24 janvier 2013, à une date encore indéterminée. Il a précisé qu'il attendait les conclusions à ce sujet du conseil national de la sécurité routière, qui a créé un groupe de travail sur l'alcool au volant, rapporte l'AFP (agence France Presse). Le gouvernement prendra ensuite sa décision. L'éthylotest obligatoire dans les voitures est de plus en plus controversé, notamment pour sa fiabilité et son prix.
Une nouvelle fois, la date à laquelle les automobilistes seront verbalisés pour défaut d'éthylotest dans leur véhicule, est reportée. C'est le ministre de l'Intérieur Manuel Valls qui a annoncé ce report ce jeudi 24 janvier 2013, à une date encore indéterminée. Il a précisé qu'il attendait les conclusions à ce sujet du conseil national de la sécurité routière, qui a créé un groupe de travail sur l'alcool au volant, rapporte l'AFP (agence France Presse). Le gouvernement prendra ensuite sa décision. L'éthylotest obligatoire dans les voitures est de plus en plus controversé, notamment pour sa fiabilité et son prix.

La présence d’un éthylotest, chimique ou électronique, est obligatoire depuis le 1er juillet 2012 dans tout véhicule terrestre à moteur, à l’exception des cyclomoteurs (moins de 50 cm3 et 45 km/h maximum). La verbalisation pour défaut d’éthylotest devait initialement débuter le 1er novembre 2012, mais une pénurie d’appareils dans le commerce a forcé le ministère de l’Intérieur, en octobre, à repousser de quatre mois cette échéance. Finalement, les automobilistes ont encore du sursis. Manuel Valls a décidé de reporter une nouvelle fois la verbalisation pour défaut d'éthylotest, à une date encore indéterminée.

Les éthylotests obligatoires sont de plus en plus controversés, notamment pour leur fiabilité et leur prix, mais aussi pour leur impact sur la santé et l'environnement. Le conseil national de la sécurité routière doit rendre ses conclusions à ce sujet d’ici la mi-février.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !