Saint-Louis - Des jeunes réclament du travail à la mairie :

Des contrats annoncés, le barrage de la Palissade levé


Publié / Actualisé
Vers 18 heures 45 ce mercredi 6 février 2013, les jeunes manifestants de Saint-Louis ont levé le barrage qu'ils avaient érigé au niveau du rond-point de la Palissade. Selon Réunion Première, une réunion secrète s'est tenue dans l'après-midi entre l'un des meneurs de la manifestation et le maire de la ville Claude Hoarau. Ce dernier a promis de recevoir une délégation ce vendredi 8 février 2013. Il a par ailleurs indiqué qu'il n'y aura "pas moins de contrats à la Palissade qu'à Bellevue". Pour rappel, à Bellevue, 28 contrats d'avenir et aidés ont été promis. (Photo Arnaud Andrieu)
Vers 18 heures 45 ce mercredi 6 février 2013, les jeunes manifestants de Saint-Louis ont levé le barrage qu'ils avaient érigé au niveau du rond-point de la Palissade. Selon Réunion Première, une réunion secrète s'est tenue dans l'après-midi entre l'un des meneurs de la manifestation et le maire de la ville Claude Hoarau. Ce dernier a promis de recevoir une délégation ce vendredi 8 février 2013. Il a par ailleurs indiqué qu'il n'y aura "pas moins de contrats à la Palissade qu'à Bellevue". Pour rappel, à Bellevue, 28 contrats d'avenir et aidés ont été promis. (Photo Arnaud Andrieu)

Après une nuit agitée, la journée de ce mercredi 6 février 2013 a été tendue à Saint-Louis. Dès 9 heures, une cinquantaine de jeunes bloque le rond-point de la Palissade en dressant des barrages faits de branchages et de galets. Réclamant du travail, les jeunes exigent la venue sur place du maire de la ville, Claude Hoarau.

Deux heures plus tard, les manifestants, rejoints par des pères et mères de famille, accompagnés de jeunes enfants, lèvent une première fois le barrage de la Palissade, avant de tenter de barrer la route au niveau de la sortie du pont de la Rivière Saint-Étienne dans le sens Saint-Louis/Saint-Denis. Une tentative vite avortée par les forces de l’ordre.

N’ayant toujours pas de nouvelles de Claude Hoarau, les manifestants se dirigent ensuite vers la mairie et font irruption dans l’hôtel de ville, obligeant sa fermeture. Ils demanderont également aux commerçants du centre-ville de fermer les magasins, "par solidarité".

En début d’après-midi, les jeunes vont de nouveau bloquer la circulation dans le rond-point de la Palissade. La levée de ce barrage a finalement eu lieu en début de soirée, après une réunion entre l’un des meneurs de la manifestation et le maire de la ville.

Sur le plateau de Réunion Première Télé, Claude Hoarau a souligné : "J’ai promis une chose, de rencontrer une délégation en mairie vendredi à 15 heures". Il a ajouté : "J’ai envoyé un message à un ou deux meneurs, c’est qu’il n’y aura pas moins de contrats accordés à la Palissade qu’à Bellevue". Pour rappel, à Bellevue, la semaine dernière, après un blocage de la route par des jeunes, le maire s’était engagé à attribuer à partir du mois de mars, une vingtaine de contrats d’avenir et aidés aux manifestants.

Un peu plus tôt dans la journée, la municipalité de Saint-Louis expliquait que "Claude Hoarau est prêt à rencontrer tous les jeunes qui cherchent du travail". "Mais il n'ira pas à la rencontre des gens qui, pour l'interpeller, mettent le feu à des poubelles, cassent, abattent des arbres, détruisent le matériel public, et conduisent à des violences urbaines. Le dialogue doit se faire dans le calme", précise la mairie.

Sur Réunion Première Télé, Claude Hoarau a souligné : "Si je ne me suis pas précipité pour aller parler aujourd’hui avec ceux qui ont coupé des arbres, c’est parce que je ne veux pas voir disparaître la totalité des arbres à Saint-Louis. Si j’ai donné rendez-vous vendredi, c’est pour qu’il y ait un temps d’apaisement, c’est pour leur donner l’opportunité de montrer qu’ils peuvent ramener l’apaisement dans leur quartier".

Rappelons que les événements de ce mercredi font suite à une nuit particulièrement agitée dans le quartier de la Palissade. En effet, des affrontements ont opposé les forces de l'ordre à des jeunes dans la nuit de mardi à mercredi. Des gaz lacrymogènes et des galets ont été échangés. Des poubelles ont été incendiées et des arbres ont été coupés à l'aide de tronçonneuses. Selon Réunion Première Télé, un homme d’une trentaine d’années aurait par ailleurs été interpelé ce mercredi matin pour avoir jeté des galets sur les forces de l’ordre et coupé des arbres. 

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !