Action militante sur le pont de l'Entre Deux :

L'association Prévention Suicide veut une sécurisation renforcée des ponts


Publié / Actualisé
Ce mercredi 27 février 2013, l'association Prévention Suicide (APS) organise une action à partir de 14 heures sur le pont de l'Entre Deux. Une action "militante", selon l'association, "pour agir dans le cadre de la réduction des moyens du suicide". Elle demande le renforcement de la sécurisation des ponts de La Réunion. "Préoccupée", l'APS dit avoir recensée, depuis janvier 2013, une douzaine de suicides, dont la moitié s'est passée par le saut d'un pont.
Ce mercredi 27 février 2013, l'association Prévention Suicide (APS) organise une action à partir de 14 heures sur le pont de l'Entre Deux. Une action "militante", selon l'association, "pour agir dans le cadre de la réduction des moyens du suicide". Elle demande le renforcement de la sécurisation des ponts de La Réunion. "Préoccupée", l'APS dit avoir recensée, depuis janvier 2013, une douzaine de suicides, dont la moitié s'est passée par le saut d'un pont.

En effet, depuis quelques années, avec la construction de nouveaux ponts sur l’île, l’association Prévention Suicide indique observer une fréquence alarmante de suicides par précipitation de ces ouvrages. Elle affirme que certains sont devenus presque "iconiques", à l’image du pont de l’Entre Deux, du pont Vinh San, du pont de la Rivière d’Abord, du pont de la Rivière de l’Est, ou encore du pont de Trois Bassins sur la route des Tamarins.

Selon l’association, des études ont démontré que l’installation de filets de protection ou de barrières anti-suicide sur les ponts a fait considérablement baisser le nombre de suicide par précipitation. "Le coût de cette installation est faible si on la compare à une vie humaine. Selon nos estimations reviendraient à environ 100 000 euros par pont", souligne-t-elle.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !