Pont de Trois Bassins :

Suicide d'un enseignant : la FEP-CFDT demande l'ouverture d'une enquête


Publié / Actualisé
Dans un communiqué, le bureau de la FEP-CFDT Réunion, syndicat de l'enseignement privé, informe avoir écrit au procureur de la République pour lui demander l'ouverture d'une enquête, suite au suicide, le 19 février 2013, d'un jeune enseignant du lycée privé catholique de Maison Blanche, au Guillaume à Saint-Paul.
Dans un communiqué, le bureau de la FEP-CFDT Réunion, syndicat de l'enseignement privé, informe avoir écrit au procureur de la République pour lui demander l'ouverture d'une enquête, suite au suicide, le 19 février 2013, d'un jeune enseignant du lycée privé catholique de Maison Blanche, au Guillaume à Saint-Paul.

La FEP-CFDT Réunion a demandé l’ouverture d’une enquête "afin d’éclaircir les circonstances de ce drame". "Ce collègue s’est suicidé ce jour-là en se jetant dans le vide du pont de Trois Bassins sur la route des Tamarins, à la suite d'un entretien auquel il avait été convoqué par  la direction de son établissement", rappelle le syndicat, qui souligne que "cette mort brutale a suscité un grand trouble dans la communauté éducative de Maison Blanche, que ce soit parmi les élèves ou les professeurs".

"Que s’est-il passé au cours de cette réunion ? Quels faits ont été évoqués ? Pourquoi notre collègue n’était-il pas assisté par un représentant du personnel alors qu’il y a une instance représentative des personnels dans l’établissement ? Que lui a-t-on dit qui ait pu le conduire ainsi à un geste désespéré ?", s’interroge la FEP-CFDT. 

Le syndicat précise : "Cela nous semble d’autant plus incompréhensible  qu’à notre connaissance, aucune faute grave, aucun fait de nature pénale ne pouvait lui être reproché".

"Nous savons que notre collègue est sorti effondré de cet entretien, qu’il a néanmoins  réussi à joindre sa mère, laquelle a ensuite téléphoné à l’établissement pour signaler l’état inquiétant de son fils mais que cela n’a pas empêché la suite tragique que nous connaissons", indique la FEP-CFDT.

Voilà pourquoi notre syndicat, en tant que défenseur des intérêts moraux des personnels de l’enseignement privé, souhaite qu’il y ait une enquête qui permettra, nous l'espérons, de savoir ce qui s’est passé afin d’établir les responsabilités éventuelles.

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !