75 hectares ravagés par les flammes (actualisé à 17h45) :

Étang Saint-Paul : l'incendie circonscrit


Publié / Actualisé
L'incendie, qui ravage l'Étang Saint-Paul depuis ce jeudi en fin d'après-midi, a été circonscrit ce vendredi 19 juillet dans l'après-midi. Il était sous contrôle de la fin de matinée. Toutefois, les moyens restent mobilisés et le site sous surveillance. À noter que 75 hectares ont brûlé dans la réserve naturelle nationale où nichent des espèces emblématiques de l'île, selon la préfecture, dans un communiqué.
L'incendie, qui ravage l'Étang Saint-Paul depuis ce jeudi en fin d'après-midi, a été circonscrit ce vendredi 19 juillet dans l'après-midi. Il était sous contrôle de la fin de matinée. Toutefois, les moyens restent mobilisés et le site sous surveillance. À noter que 75 hectares ont brûlé dans la réserve naturelle nationale où nichent des espèces emblématiques de l'île, selon la préfecture, dans un communiqué.

Pour rappel, le sinistre a éclaté ce jeudi vers 14 heures à l’Étang Saint-Paul et s’est rapidement propagé, brûlant 20 hectares dans l’après-midi. Un dispositif de lutte contre l'incendie a aussitôt été mis en place. Depuis, les pompiers luttent contre le feu.

"L'accès à cette zone est rendu délicat par la nature marécageuse du site, ce qui ne permet pas d'engager des moyens terrestres. Dès lors, des hélicoptères bombardiers d'eau ont été employés jusqu'à la tombée du jour. Le feu est resté sous surveillance au cours de la nuit", indique la préfecture.

Ainsi, ce vendredi, selon la préfecture, le dispositif a été renforcé notamment par l'utilisation de barges permettant l'attaque du feu par voie fluviale. Près d’une trentaine de pompiers, venus de plusieurs casernes de l’Ouest, est aussi mobilisée sur le terrain. Des hélicoptères bombardiers d’eau ont également procédé à des largages au dessus de la zone en feu.

En milieu de matinée ce vendredi, le panache de fumée s'était dissipé et le feu sous contrôle. Toutefois, le foyer n'était pas éteint mais les moyens restent mobilisés en cas de reprise du vent en cours de journée, note la préfecture.

"À cette heure, le feu n’est pas éteint. Il y a encore quelques fumerolles et en l’absence de vent, le sinistre ne se propage plus. Néanmoins, le risque dans les minutes et heures à venir est que le vent devient fort. Si cela devient le cas, il peut souffler sur les foyers et les braises et entrainer une saute. Cette saute pourrait donner lieu à une propagation", explique le commandant Fontaine, en fin de matinée. Il soulignait alors que "c’est la raison pour laquelle, il y aura, jusque la fin de la journée, des reconnaissances aériennes et une surveillance du feu en continu".

Selon la préfecture, 75 hectares sont brûlés dans la réserve naturelle nationale où nichent des espèces emblématiques de l'île, à savoir, endormis, héron vert et poules d'eau.

www.ipreunion.com

 

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !