L'agricultrice de la Plaine des Palmistes à nouveau reçue par le procureur :

Ruffine Hoarau suspend sa grève de la faim


Publié / Actualisé
Ruffine Hoarau a décidé de suspendre, ce lundi 12 août 2013 après-midi, sa grève de la faim. Cette décision fait suite à une rencontre avec le procureur Philippe Muller. "Il a assuré qu'il allait voir mon dossier", a déclaré l'agricultrice de la Plaine des Palmistes, à l'issue de la rencontre. Cette dernière avait cessé de s'alimenter depuis ce matin car elle se disait victime de dysfonctionnements de la justice. Toutefois, elle n'exclut pas d'autres actions.
Ruffine Hoarau a décidé de suspendre, ce lundi 12 août 2013 après-midi, sa grève de la faim. Cette décision fait suite à une rencontre avec le procureur Philippe Muller. "Il a assuré qu'il allait voir mon dossier", a déclaré l'agricultrice de la Plaine des Palmistes, à l'issue de la rencontre. Cette dernière avait cessé de s'alimenter depuis ce matin car elle se disait victime de dysfonctionnements de la justice. Toutefois, elle n'exclut pas d'autres actions.

Sa grève de la faim n’aura duré à peine qu’une journée. En effet, suite à une nouvelle entrevue avec le procureur de la République, Philippe Muller, Ruffine Hoarau a décidé de mettre fin à son action dans l’après-midi. "Le procureur m’a remis un courrier, m’informant que mon premier courrier du 2 décembre dernier a été enregistré dans ses services. Il m’a indiqué qu’il allait l’examiner à condition que je lui transmette tous les documents concernant la situation que je dénonce", a-t-elle expliqué, à l’issue de l’entrevue. Elle précise également que le procureur a promis de lui donner une réponse d'ici la fin du mois d'août.

Selon l’agricultrice, Philippe Muller lui a également affirmé qu’il s’adresserait au procureur général pour ce dossier. "J’espère qu’on saura donner une suite favorable à mes requêtes", a-t-elle souligné.

Par ailleurs, si elle a arrêté sa grève de la faim, Ruffine Hoarau note qu'elle reste sur ses gardes. "Maintenant, je vais me concerter avec les personnes qui me soutiennent sur la suite des actions à mener", termine-t-elle.

Pour rappel, c’est pour dénoncer des "magouilles", après la perte de son exploitation et son élevage, que Ruffine Hoarau, avait décidé de cesser de s’alimenter ce lundi devant le tribunal de grande instance de Saint-Denis. Elle estimait, en effet, qu’il y avait "deux poids, deux mesures dans la justice" à La Réunion.

À noter que Sabine Hoarau, soeur de l'agricultrice, et Pierre-Irénée Elizabeth, un sexagénaire, se disant également victime des dysfonctionnements de la justice, ont également arrêté leur grève de la faim, entamée ce lundi matin.

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !