Polémique sur la Journée des emplois verts :

L'Alliance dénonce le "cynisme" et le "clientélisme" de la Région


Publié / Actualisé
A peine une heure après la réponse de la direction de la Région aux polémiques suscitées par la Journée des emplois verts, le groupe Alliance, par la voix de Catherine Gaud et de Paul Vergès, en a remis une couche ce mardi 13 août 2013. Pour eux, la création de la Plateforme des associaton pour les emplois verts (PAEV) répond uniquement à des visées électoralistes et de "petits arrangements entre amis". Ils dénoncent ainsi non seulement un gaspillage d'argent public, mais aussi le "cynisme" et le "clientélisme" de la Région.
A peine une heure après la réponse de la direction de la Région aux polémiques suscitées par la Journée des emplois verts, le groupe Alliance, par la voix de Catherine Gaud et de Paul Vergès, en a remis une couche ce mardi 13 août 2013. Pour eux, la création de la Plateforme des associaton pour les emplois verts (PAEV) répond uniquement à des visées électoralistes et de "petits arrangements entre amis". Ils dénoncent ainsi non seulement un gaspillage d'argent public, mais aussi le "cynisme" et le "clientélisme" de la Région.

"La Région a dépassé les bornes, c’est scandaleux ! Elle institue le clientélisme et l’utilisation des gens !" Voilà pour l’entrée en matière de Catherine Gaud, ce mardi après-midi, pour lancer la conférence de presse du groupe Alliance sur les emplois verts, le sujet agitant le landernau politique réunionnais ces jours-ci.

Au-delà de la question de son coût – 110 000 euros "assumés" par la Région –, la Journée des emplois verts prévue ce vendredi 16 août à Sainte-Marie est au coeur de la polémique. C’est en effet ce jour-là que doit être signée la convention-cadre  "définissant la nature de la collaboration du conseil régional et de l’association PAEV 974".

"Le problème c’est que le président Didier Robert n’a pas mandat pour la signer, puisqu’elle n’est pas passée devant la commission permanente, qui devient comme souvent une simple chambre d’enregistrement...", signale tout d’abord Catherine Gaud, jugeant cette convention "floue, sans contenu" et la PAEV redondante avec d’autres structures de soutien aux associations déjà existantes. "C’est une question de procédure et de respect des élus, on a vraiment l’impression que c’est le fait du roi...", ajoute-t-elle.

Pour l’Alliance, la PAEV présidée par Brigitte Naze n’est rien d’autre qu’une "association politique qui ne dit pas son nom". Pour Paul Vergès, Didier Robert est même en train d’en faire un "service annexe de la Région", le tout à des fins "cyniques et électoralistes" par le biais des contrats aidés et des emplois d'avenir.

"Il faut un minimum de respect pour ces gens qui occupent ces emplois verts", reprend Catherine Gaud. "En les invitant à cette journée, on les traite comme du matériel électoral, on les manipule. De même pour les maires qui vont devoir passer par cette plateforme. Ils ont créé un mécanisme à plusieurs étages incroyables, c’est honteux !", lance-t-elle.

Et de citer l’exemple de deux associations symbolisant ce "clientélisme" qu’ils dénoncent, dont le Mouvement solidaire portois, dont l’objet est la lutte contre l’illettrisme : "cette association n’a rien à voir avec les emplois verts, mais ils nous disent qu’elle va changer ses statuts et son objet...", raconte l’élue de l’opposition régionale, poursuivant : "surtout, on s’aperçoit que la correspondante de cette association n’est autre que Valérie Aubert, candidate UMP à la mairie du Port..."

De son côté, Paul Vergès préfère ironiser. "Avec la suppression du projet tram-train, le remaniement de la route du Littoral, le gaspillage partout... on voit le bilan de l’exploit politique de la fédération socialiste réunionnaise qui a remis les pleins pouvoirs à Didier Robert...", glisse-t-il, en appelant ensuite au gouvernement : "On est passé à un niveau où la responsabilité gouvernementale est engagée. Et on ne pouvait pas imaginer une meilleure illustration de ce qui se passe à La Réunion avant la visite du président de la République au mois d’octobre..."

Et le sénateur communiste de terminer par une dernière petite pique : "Je pense que la fédération socialiste verra le résultat de sa manœuvre politique aux prochaines élections, puisqu’ils ont mis en place ceux qui vont les destituer des municipalités. Je ne peux pas ne pas remercier la Région d’un tel cynisme..."

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

RIPOSTE, Posté
Paul VERGES n'a pas réussi à se séparer de son p'tit train à charbon , les votants aux régionales 2010 en majorité ont tourné la page de l'alliance - PCR !
Totor, Posté
Mr verges et faut laisse le president de Region et la plate forme défendre a nous et quand zot l avais la Region zot la rien fait Po nou a par envoye a nous dépose bulletin dans boite a lettre.