Observatoire volcanologique :

Piton de la Fournaise : un nouveau projet d'étude "révolutionnaire"


Publié / Actualisé
Alors que l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) vient de changer de direction, avec la nomination de Nicolas Villeneuve pour succéder à Andrea Di Muro, un projet d'une nouvelle ampleur va voir le jour dans le courant de l'année 2014, pour améliorer la prédiction des éruptions. Il s'agit de l'installation de 300 à 400 capteurs sismiques - contre une vingtaine jusqu'à présent - pour une collecte de données encore jamais réalisée dans le monde sur un volcan actif.
Alors que l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) vient de changer de direction, avec la nomination de Nicolas Villeneuve pour succéder à Andrea Di Muro, un projet d'une nouvelle ampleur va voir le jour dans le courant de l'année 2014, pour améliorer la prédiction des éruptions. Il s'agit de l'installation de 300 à 400 capteurs sismiques - contre une vingtaine jusqu'à présent - pour une collecte de données encore jamais réalisée dans le monde sur un volcan actif.

Après le projet "Undervolc", l’OVPF va se lancer dans des travaux d’une nouvelle dimension, mais toujours dans le même but : "l’idée est de chercher à améliorer la prédiction des éruptions en sondant le réservoir magmatique en profondeur", explique le sismologue Florent Brenguier, membre de l’Observatoire du volcan de 2009 à 2012 et aujourd’hui chercheur à l’université de Grenoble.

Mais alors que le projet précédent se basait sur une vingtaine de capteurs sismiques pour étudier la structure du volcan, ce sont plusieurs centaines (300 à 400) de ces appareils qui vont être installés dans le courant de l’année 2014. Un nouveau projet "révolutionnaire", dixit Florent Brenguier, et une débauche de moyens rendue possible grâce au mécénat d’industriels américains basés à Houston ayant l’habitude de travailler dans la prospection pétrolière. Deux managers texans sont d’ailleurs actuellement présents à La Réunion dans le cadre de cette collaboration.

"Cela va nous donner une analyse des données beaucoup plus fine", souligne le sismologue, insistant sur le caractère innovant de cette étude : "Ce sera une première mondiale sur un volcan actif !" Surtout cela confirme la place privilégiée du volcan réunionnais et de son observatoire dans le monde de la volcanologie. "Le Piton de la Fournaise est reconnu comme un volcan laboratoire, où l’on développe de nouvelles méthodes susceptibles d’être utilisées dans d’autres volcans dans le monde", confirme Florent Brenguier.

Grâce à ce nouveau dispositif d’étude, la Fournaise sera plus que jamais à la pointe de la rechercher sismique et volcanologique. Une session spéciale sera ainsi dédiée au volcan réunionnais lors de la plus grande conférence mondiale des sciences de la Terre, organisée le 9 décembre prochain à San Francisco.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !