La bâtonnière Léopoldine Settama contestée par certains avocats :

Tensions au tribunal de Saint-Denis : du parquet au barreau


Publié / Actualisé
Récemment a éclaté au grand jour le profond malaise régnant au sein du parquet de Saint-Denis, depuis la prise de fonction du nouveau procureur de la République Philippe Muller le 24 juin 2013. Mais le milieu de la magistrature n'est pas le seul à connaître des secousses internes. Au barreau dionysien, c'est autour de la bâtonnière Léopoldine Settama que se cristallisent les tensions.
Récemment a éclaté au grand jour le profond malaise régnant au sein du parquet de Saint-Denis, depuis la prise de fonction du nouveau procureur de la République Philippe Muller le 24 juin 2013. Mais le milieu de la magistrature n'est pas le seul à connaître des secousses internes. Au barreau dionysien, c'est autour de la bâtonnière Léopoldine Settama que se cristallisent les tensions.

Il ne fait plus très bon travailler au palais de Justice de Saint-Denis ces derniers mois. Notamment lorsqu’on officie du côté du parquet, où la guerre est désormais ouverte entre les magistrats et le nouveau procureur de la République Philippe Muller. Dernier exemple en date, l’envoie d’un courrier du parquet général à la ministre de la Justice Christiane Taubira pour l’informer de cette crise, comme l’indique le Quotidien ce vendredi 6 septembre 2013, mais aussi la menace d’une enquête administrative de l’inspection générale des services judiciaires (IGSJ).

Du parquet au barreau, il n’y a qu’un pas. Et le monde des avocats se voit lui aussi impacté par le profond malaise ambiant. "Quand on ne dit pas bonjour, quand on claque les portes, quand on ne respecte pas ses collaborateurs, ça crée forcément des problèmes", témoigne l’un d’eux, confirmant les accusations des parquetiers quant au comportement "autocratique" de Philippe Muller. Il souligne que "cela ne peut pas apporter de bonnes choses dans les rapports entre les avocats et le parquet".

Autoritaire avec ses magistrats, méfiant avec la presse, le procureur Philippe Muller aurait ainsi également quelques griefs contre les avocats du barreau de Saint-Denis. Un malaise qui daterait de sa cérémonie d’intronisation, où un seul avocat était présent... Malentendu ou malveillance ? Il semblerait que cette situation soit le résultat d’un autre conflit larvé, cette fois-ci au sein du barreau. La bâtonnière Léopoldine Settama aurait "oublié" de diffuser l’information... "Tout ce que je peux dire, c’est que d’autres avocats auraient aimé être présents...", témoigne l’un d’entre eux. Après plusieurs tentatives auprès de son cabinet, Imaz Press n’est pas parvenu à obtenir les explications de la principale intéressée à ce sujet.

En poste depuis le 1er janvier 2012, la bâtonnière serait de plus en plus contestée par une grande partie des membres du barreau de Saint-Denis. Selon l’un d’entre eux, "90 % des avocats attendent avec impatience la fin de son mandat..." Un de ses confrères enchaîne : "Il y a des gens qui ne supportent pas certaines choses, c’est sûr. Certains bâtonniers ont davantage envie d’être chef que de s’occuper des problèmes des avocats. On ne peut pas démentir qu’il y a une certaine lassitude... Après, on a le bâtonnier qu’on mérite. Ceux qui ne sont pas allés voter ne peuvent pas se plaindre aujourd’hui..."

Cet avis n’est toutefois pas partagé par tout le monde. Ainsi, pour Maître Philippe Creissen, "on ne peut pas dire que Léopoldine Settama n’ait rien fait pour le bâtonnat, elle a même plutôt pris de bonnes initiatives, avec un certain sens du franc-parler".  Selon lui, les tensions pouvant régner au sein du barreau seraient d’ailleurs plutôt dues aux oppositions, somme toute classiques, entre différents groupes. "Ou peut-être est-elle détestée car son mari est magistrat ?", s’interroge-t-il.

Quoi qu’il en soit, pour Philippe Creissen, les problèmes du barreau dépassent de loin la seule personne de la bâtonnière. "Le fait est qu’il y a de moins en moins de candidats au poste de bâtonnier à Saint-Denis, car c’est un boulot à plein temps et il faut en avoir les moyens. De toute façon aujourd’hui les batailles au sein du barreau se résument à l’octroi des aides juridictionnelles et des commissions d’office", regrette-t-il, dénonçant une dérive "mercantile".

Ces tensions au barreau sont encore loin d’égaler les secousses que connaît le parquet actuellement. Mais elles concourent certainement au climat délétère régnant dans le monde de la justice dionysienne depuis plusieurs mois maintenant.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Philippe , Posté
https://www.facebook.com/creissen.philippe/posts/10201373206705824
RIPOSTE, Posté
1 vrai panier de crabes !