Rassemblement devant le tribunal de Champ Fleuri :

Un chapiteau contre la "gangrène profonde de la justice péi"


Publié / Actualisé
Depuis plusieurs mois maintenant, plusieurs justiciables se sont réunis sous l'égide du collectif Eveil Citoyen 974 pour dénoncer les dysfonctionnements de la justice locale qu'ils accusent de "protéger les puissant" et de "mépriser les faibles". Après deux journées de rassemblement ces jeudi 18 et vendredi 19 septembre 2013, ils ont ce lundi installé un chapiteau devant le palais de justice de Saint-Denis, où ils entendent camper jusqu'à obtenir une oreille attentive à leurs problèmes. Le collectif Eveil Citoyen 974 s'insurge ainsi contre ce qu'il appelle la "gangrène profonde de la justice péi".
Depuis plusieurs mois maintenant, plusieurs justiciables se sont réunis sous l'égide du collectif Eveil Citoyen 974 pour dénoncer les dysfonctionnements de la justice locale qu'ils accusent de "protéger les puissant" et de "mépriser les faibles". Après deux journées de rassemblement ces jeudi 18 et vendredi 19 septembre 2013, ils ont ce lundi installé un chapiteau devant le palais de justice de Saint-Denis, où ils entendent camper jusqu'à obtenir une oreille attentive à leurs problèmes. Le collectif Eveil Citoyen 974 s'insurge ainsi contre ce qu'il appelle la "gangrène profonde de la justice péi".

"On restera le temps qu’il faudra !", lance Salim Moussajee, du collectif Eveil Citoyen 974. Ils sont ainsi une dizaine à s’être regroupés sous le chapiteau installé devant le tribunal de grande instance de Saint-Denis. Tous sont empêtrés dans des affaires judiciaires dont ils ne voient pas le bout, ayant épuisé moult recours avant d’en arriver à cette mobilisation.

"Les magistrats nous disent qu’ils n’ont pas de moyens, que la justice est engorgée, mais c’est de leur faute ! Ce sont eux qui se laissent encombrer par des procédures interminables qui ne sont faites que pour décourager les victimes", souligne Salim Moussajee, lui-même en conflit depuis plusieurs années avec la société Sogecore, spécialisée dans la vente de voitures et d’accessoires.

Le collectif Eveil Citoyen 974 et tous les gens qu’il accompagne sont en tout cas déterminés. Après avoir écrit au ministre de l’Intérieur Manuel Valls, ils ont l’intention de saisir le Conseil supérieur de la magistrature et d’engager un recours collectif auprès de la Cour européenne. En attendant, ils espèrent bien obtenir des réponses auprès du procureur de la République Philippe Muller, qu’ils souhaitent rencontrer ces jours-ci.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Eveil citoyen 974, Posté
Une justice équilibrée est la garantie des droits des citoyens et force est de constater qu'aujourd'hui, il n'y a aucun équilibre. Tous ceux qui sont présents devant le palais de justice ont tous des dossiers qui témoignent d'un grave dysfonctionnement de l'institution judiciaire. Toutes les affaires sont très simples au départ, il suffisait de se pencher sur le problème et de le régler. Or, lorsque les dossiers impliquent des élus, des dérives des collectivités territoriales, des lobbies qui utilisent la justice pour noyer la source du problème, les citoyens se retrouvent avec des dossiers qui se compliquent avec le temps et dans l'obligation de multiplier les démarches pour essayer de sortir du trou. La mobilisation est justifiée et effectivement l'intervention de commissions d'enquête s'avère être une urgence... http://eveilcitoyen974.wordpress.com/
Hervet, Posté
Au titre de président de l'UFAL, et depuis le passage de la présidence, à titre personnel et comme citoyen républicain, nous avons soutenu les frères Moussajee en raison des questions que soulevaient, tant dans la forme que dans le fond, certains jugements > Nous étions également intervenus en dépôt de plainte au nom d'un collectif de victimes de harcèlements moraux et sexuels sur les lieux de travail (Usine de Bois Rouge, Saint-André, en2009)
L'absence de réponse, y compris après une entrevue personnelle en février 2012 avec le Procureur de l'époque qui devait m'en donner une dans le mois qui suivait, m'ont porte a penser que ces dysfonctionnements nombreux nécessitaient une mobilisation citoyenne, au risque de manipulations toujours possibles. La constitution d'une commission nationale d'enquête avec un détachement provisoire de magistrats pour apurer ces dysfonctionnements et ces retards évidents, semble maintenant urgente. L'hebdomadaire Marianne et le Canard enchaine sont saisis de cette affaire et en ont déjà donne écho (tout du moins pour Marianne)