Pour l'IRT, La Réunion est "un voyage d'émotions" :

Tourisme : la campagne qui indigne des usagers de la mer


Publié / Actualisé
Lors du dernier salon Top Résa, l'IRT (Ile de La Réunion Tourisme) a lancé sa nouvelle campagne de promotion touristique s'appuyant sur un nouveau slogan : "La Réunion, un voyage d'émotions". Une campagne au sein de laquelle l'observation des baleines tient une place privilégiée, mais qui "pose une question de moralité" pour le président d'Océan Prévention Réunion Jean-François Nativel, à l'heure où l'interdiction de baignade et d'activités nautiques vient d'être prolongée en raison du risque requins. "On est dépossédé de l'océan et on continue de faire croire qu'il est magnifique et hospitalier", s'indigne-t-il.
Lors du dernier salon Top Résa, l'IRT (Ile de La Réunion Tourisme) a lancé sa nouvelle campagne de promotion touristique s'appuyant sur un nouveau slogan : "La Réunion, un voyage d'émotions". Une campagne au sein de laquelle l'observation des baleines tient une place privilégiée, mais qui "pose une question de moralité" pour le président d'Océan Prévention Réunion Jean-François Nativel, à l'heure où l'interdiction de baignade et d'activités nautiques vient d'être prolongée en raison du risque requins. "On est dépossédé de l'océan et on continue de faire croire qu'il est magnifique et hospitalier", s'indigne-t-il.

Depuis quelques jours, une photo utilisée par l’IRT (Ile de La Réunion tourisme) pour promouvoir l’observation des baleines suscite une petite polémique dans la presse locale. Il s’agirait d’une photo envoyée aux médias "en manque de photos sur La Réunion", indiquait le JIR dans son édition du 26 septembre.

Il s’agit en fait d’une photo montage – comme l’a révélé le Quotidien ce samedi - où l’on peut voir des baigneurs observant un saut de baleine à quelques mètres de distance, face au Cap Homard, à Boucan Canot. Outre le fait que la photo soit retouchée et truquée – une pratique courante dans le monde de la communication -, le problème est que les baigneurs mis en scène vont à l’encontre de toutes les règles édictées par la charte d’approche des cétacés... Celle-ci indique en effet que "toute mise à l’eau en présence de groupes actifs (baleines qui sautent, tapent des nageoires pectorales...)" est à proscrire.

L’image tombe en tout cas bien mal, au moment où la préfecture ne cesse de rappeler les consignes de vigilance à observer. Le jeudi 26 septembre dernier, elle indiquait d’ailleurs que sept procès verbaux avaient déjà été dressés, les auteurs de ces infractions encourant le plus souvent une peine d’amende de 750 euros.

"Forcément, cette communication de l’IRT n’apparaît pas appropriée...", estime Jonas Lacour, créateur du label Observation certifiée responsable des cétacés (O2CR). "Il y a une contradiction, puisqu’on annonce aux touristes quelque chose qui est interdit", complète celui qui se bat justement contre ce genre de comportements excessifs envers les baleines. "Cela vient d’un manque de collaboration et de communication, d’ailleurs on ne m’a pas sollicité pour cette campagne", regrette-t-il encore.

C’est que l’IRT mise énormément sur les baleines pour tenter de relancer le tourisme et faire oublier un peu la crise requins. Lors du récent salon Top Résa, grand messe des professionnels du tourisme, les sept membres des "îles Vanille" (La Réunion, Maurice, Mayotte, les Comores, Madagascar, les Seychelles et les Maldives) ont même lancé la "Route des baleines", les grands cétacés devenant ainsi un des atouts principaux de la nouvelle campagne de promotion touristique réunionnaise.

A l’heure où l’interdiction de la baignade et des activités nautiques – hors du lagon et des zones surveillées - vient d’être prolongée et même renforcée en raison du risque requins, cette campagne heurte l’association OPR (Océan Prévention Réunion) de Jean-François Nativel. "Pour notre association, faire la promotion de la faune marine dans un contexte aussi douloureux et sensible pose une question de moralité, car l’océan interdit est devenu le symbole d’une tragédie", estime le fondateur d’OPR. "L’océan et la plage sont encore rouges du sang de nos enfants", ajoute-t-il.

Pour Jean-François Nativel, il y a là encore une contradiction entre l’image et la réalité. "On est dépossédé de l’océan et on continue de faire croire qu’il est magnifique et hospitalier", souligne-t-il, sans pour autant nourrir d’animosité envers l’IRT. "On travaille régulièrement avec eux, on est conscient que la tâche est délicate pour promouvoir le tourisme", assure-t-il.

En revanche, le nouveau slogan – "La Réunion, un voyage d’émotions" - a du mal à passer.  "Il faut être attentif au choix des mots", considère Jean-François Nativel. "Aujourd’hui à La Réunion, l’émotion est plus synonyme de douleur que de bonheur par rapport à l’océan. C’est une vision écolo-romantique d’un océan qui pour nous est synonyme de drames et d’émotions morbides", déplore-t-il.

Selon lui, l’image de l’océan véhiculée par l’IRT est donc fausse et trompeuse, à l’image de la fameuse photo truquée. "On n’utilise plus ce visuel depuis un an", se défendait le directeur de l’IRT Pascal Viroleau ce samedi dans les colonnes du Quotidien. Reste que le message n’est pas du meilleur effet. "Il faudra d’autant plus insister sur la pédagogie", reprend Jonas Lacour. Il ajoute : "On peut quand même se gargariser de cette chance de pouvoir approcher les baleines à La Réunion, mais il faut juste espérer que les touristes ne le feront pas quand les baleines sautent." Pas comme sur la photo...

www.ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Bébé requin, Posté
Eh, oui Nativel ne sait plus quoi inventer pour faire parler de lui. Pathétique ce garçon...
Thierry, Posté
M Jean-Francois Nativel cherche à exister... C'est malheureux de devoir taper sur les autres pour "essayer" d'exister.

Concernant l'intervention de Jonas Lacour en fin d'article, c'est aussi malheureux, l'émotion, les sentiments règnent dans ses propos, pas un gramme de détachement.

Triste triste triste
René, Posté
la baignade au dela de la bande des 300 metres reste autorisée. Nativel ne sait meme pas lire un arreté .il a fait fermer le surf avec ses messages de terreur alors qu'il n'a jamais evoqué la moindre allusion à la folle imprudence des attaques de ces dernieres années. aujourd'hui il veut s'attaquer à l'IRT???
Zoizoblanc, Posté
Quoi??? Vous n'utilisez plus ce visuel depuis 1 an??? Cette campagne n'est-elle pas sortie il y a tout juste 1 an????
Gaspillage d'argent??? Tromperies??? ou Magouilles???
EXPLICATIONS!!!!
1tienvomieuq2tulora, Posté
Car chez ces gens là : à l'IRT, on ne pense pas Monsieur, on ne pense pas ....