Madagascar - La foule les soupçonnait de se livrer à un trafic d'organes :

Nosy Be : deux Européens dont un Français tués par des émeutiers


Publié / Actualisé
Deux Européens, dont au moins un Français selon le Quai d'Orsay, ont été tués ce jeudi matin 3 octobre 2013 par une foule d'émeutiers qui a brûlé leurs corps, sur l'île touristique malgache de Nosy Be, théâtre de violences depuis la veille à la suite du meurtre d'un enfant de 8 ans, indique l'AFP. Les émeutiers soupçonnaient les deux Européens de se livrer à un trafic d'organes.
Deux Européens, dont au moins un Français selon le Quai d'Orsay, ont été tués ce jeudi matin 3 octobre 2013 par une foule d'émeutiers qui a brûlé leurs corps, sur l'île touristique malgache de Nosy Be, théâtre de violences depuis la veille à la suite du meurtre d'un enfant de 8 ans, indique l'AFP. Les émeutiers soupçonnaient les deux Européens de se livrer à un trafic d'organes.

"Deux étrangers sont décédés, nous avons confirmation de la nationalité française de l'un d'entre eux", a déclaré à Paris le porte-parole du Quai d'Orsay Philippe Lalliot. L'adjoint du commandant de la gendarmerie nationale, le général Guy Bobin Randriamaro, avait auparavant indiqué à l'AFP que les deux étrangers étaient "des Français, nommés Sébastien et Roberto, ils ont avoué sous la torture (des émeutiers) avoir commis des trafics d'organes" et ont été tués par la foule. Selon l'Express de Madagascar, il s'agirait en fait d'un Français et d'un Italien. La foule aurait ciblé les deux hommes car elle les soupçonnait d'avoir commandité l'enlèvement de l'enfant.

Les émeutes ont commencé mercredi à la suite de la disparition d'un garçon de 8 ans. Convaincues que son ravisseur – un Malgache - était détenu à la gendarmerie de Hell-Ville, la capitale de l'île, près de 300 personnes en furie se sont alors regroupées pour réclamer sa tête, accusant forces de l’ordre de le protéger. Des incendies criminels ont été allumés et une fusillade a éclaté. Les gendarmes se sont défendus, affirmant avoir tiré en l'air pour disperser la foule. "Frappé d'une balle perdue, un jeune homme de 20 ans a été tué sur le coup et trois personnes ont été blessées", révèlent en revanche les informations recueillies auprès du médecin-inspecteur du district de Nosy Be, relatées par l’Express de Madagascar.

Ce jeudi matin les événements ont pris une tournure encore plus dramatique. "Le corps sans vie du garçon de 8 ans, disparu vendredi, a été retrouvé", sans ses organes génitaux et sans sa langue, a affirmé l'adjoint du commandant de la gendarmerie. Ses yeux auraient également été arrachés. "Puis, les émeutiers ont soupçonné deux vazahas (les étrangers européens en langue malgache, ndlr) d'être les auteurs de ce meurtre et de se livrer au trafic d'organes dans la ville de Nosy-Be Hell-Ville", a-t-il ajouté. Les habitants les auraient alors tabassés à mort, avant de brûler leurs corps.

Des renforts venus de Diego devraient maintenant être déployés sur la petite île et assurer la sécurité de ses habitants et des touristes étrangers. De son côté, le consulat de France à Madagascar a déconseillé à ses ressortissants tout déplacement à Nosy Be "jusqu'à nouvel ordre, tout particulièrement sur les plages". Selon le site d'information malgache en ligne orange.mg, un témoin a cependant affirmé que la foule avait ciblé les deux hommes car elle les soupçonnait d'avoir commandité l'enlèvement de l'enfant, mais n'a montré aucune agressivité contre les autres étrangers présents sur place.

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !