Saint-Denis - Plusieurs centaines de personnes manifestent (actualisé à 12 heures 15) :

Rythmes scolaires : la fronde continue


Publié / Actualisé
À l'appel de l'intersyndicale de l'éducation (CGTR Educ'action, Saiper-Pas 974, FNCE-FP-FO, Sud Education, SNE, SNUIPP), plusieurs centaines de personnes, - personnels de l'éducation national, parents d'élèves, enfants -, selon les syndicats, se sont rassemblées devant la préfecture à Saint-Denis ce jeudi 14 novembre 2013. Elles protestent contre la réforme des rythmes scolaires et demandent sa suppression. Par ailleurs, à l'initiative du SAIPER PAS 974, des manifestants ont également défilé du jardin de l'État jusque les jardins de la préfecture, rejoignant le rassemblement. "Nous sommes très déterminés à poursuivre notre combat contre cette réforme", prévient Patrick Corré, dirigeant de la CGTR Educ'action. Une délégation de l'intersyndicale a remis une motion en préfecture. Les syndicats se sont ensuite dirigés vers les locaux de l'association de maires de La Réunion afin de demander la suspension de l'application de la réforme , où une délégation a été reçue par le directeur de l'association, Aldo Miquel.
À l'appel de l'intersyndicale de l'éducation (CGTR Educ'action, Saiper-Pas 974, FNCE-FP-FO, Sud Education, SNE, SNUIPP), plusieurs centaines de personnes, - personnels de l'éducation national, parents d'élèves, enfants -, selon les syndicats, se sont rassemblées devant la préfecture à Saint-Denis ce jeudi 14 novembre 2013. Elles protestent contre la réforme des rythmes scolaires et demandent sa suppression. Par ailleurs, à l'initiative du SAIPER PAS 974, des manifestants ont également défilé du jardin de l'État jusque les jardins de la préfecture, rejoignant le rassemblement. "Nous sommes très déterminés à poursuivre notre combat contre cette réforme", prévient Patrick Corré, dirigeant de la CGTR Educ'action. Une délégation de l'intersyndicale a remis une motion en préfecture. Les syndicats se sont ensuite dirigés vers les locaux de l'association de maires de La Réunion afin de demander la suspension de l'application de la réforme , où une délégation a été reçue par le directeur de l'association, Aldo Miquel.

La fronde contre les rythmes scolaires continue. Rassemblées devant la préfecture ce jeudi matin, les organisations syndicales dénoncent une réforme "chaotique" à 3 mois de sa mise en œuvre dans les quatre de communes, - Saint-Joseph, Saint-Benoît, La Possession, la Plaine des Palmistes -, qui ont décide de passer à la semaine de 4,5 jours en 2013. Selon ces dernières, "les enfants n’ont jamais été autant fatigués alors que le gouvernement prétendait améliorer leur concentration, même la sieste est interrompue".

Les syndicats pointent également du doigt des "inégalités territoriales dans l’offre éducative périscolaire criantes", un "encadrement insuffisant". Ces derniers parlent même de "dérégulation des rythmes biologiques des enfants" au lieu de réforme des rythmes scolaires.

"Ségolène Royal, elle-même, reconnaît que cette réforme a été conduite de manière brutale et aurait dû être expérimenté. Ce qui prouve qu’il y a des fissures au sein du pouvoir et nous conforte dans notre combat", explique Patrick Corré, dirigeant de la CGTR Éduc’action.

À noter qu’une délégation a été reçue en préfecture. Une motion a été remise.

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

    Illustration : Kwa Films

    Kwa Films

    30 reportage(s)
    Kwa films

    Sudel Fuma, héros créole

    Kwa Films

    "Gangster Project" à Cape Town

    Kwa Films

    Talents La Kour, le making-off...