Sécheresse :

Ressources en eau: malgré la pluie, les déficits s'accentuent


Publié / Actualisé
Au mois d'octobre 2013, l'état quantitatif des ressources en eau superficielle et souterraine se dégrade sur l'ensemble de l'île, selon l'Office de l'Eau Réunion. Si quelques pluies ont été salutaires et ont permis une remontée du débit des rivières, notamment de l'Est, ces dernières sont restées insuffisantes et n'ont pas réussi à combler les déficits accumulés tout au long de la période d'étiage (période de l'année où le débit des cours d'eau atteint son point le plus bas). (photo archives)
Au mois d'octobre 2013, l'état quantitatif des ressources en eau superficielle et souterraine se dégrade sur l'ensemble de l'île, selon l'Office de l'Eau Réunion. Si quelques pluies ont été salutaires et ont permis une remontée du débit des rivières, notamment de l'Est, ces dernières sont restées insuffisantes et n'ont pas réussi à combler les déficits accumulés tout au long de la période d'étiage (période de l'année où le débit des cours d'eau atteint son point le plus bas). (photo archives)

Ainsi, l’Office de l’Eau constate que les débits médians mensuels des cours d’eau poursuivent leur baisse. Les débits les plus importants se maintenant essentiellement dans les secteurs de la Plaine des Palmistes (-90% sur le Bras Noir) et de l’Est (-91% sur le Bras Panon, -89% sur la Rivière Saint Jean, -77% sur le Bras Laurent, -74% sur la Rivière des Roches et -65% sur le Bras des Lianes). Dans une moindre mesure, des déficits sont enregistrés sur la Rivière des Marsouins  (-30%) et la Rivière du Mât (-26%) mais leurs débits sont proches des minimums historiques, observe l’office.

Sur le Sud et le Sud-Ouest, l’état des cours d’eau est également déficitaire. La Rivière Langevin et la Source Dussac connaissent des déficits respectifs de -17% et -26%. La Rivière Saint Denis (-4%) maintient, pour sa part, un débit stable entre les mois de septembre et d’octobre.

Concernant les eaux souterraines, l’état quantitatif se dégrade par rapport au mois de septembre, quatre stations supplémentaires connaissant des niveaux inférieurs aux minimums historiques de saison en octobre.

"Comme pour les eaux de surface, les déficits les plus importants concernent principalement l’Est et les Plaines où l’ensemble des aquifères ont des niveaux inférieurs aux minimums historiques mensuels", indique encore l’Office de l’Eau, précisant que les minimums historiques sont dépassés sur onze ouvrages. Sont concernés : le piézomètre "S1 Champ Fleury", le forage "P27 Belle Eau" à Sainte-Suzanne, le forage  S2 Rivière du Mât les Bas" à Bras Panon, le forage "PIB4 Gol" à Saint-Louis, le forage "P11 Syndicat" à Pierrefonds Saint-Pierre, le forage "Ravine Blanche" à Saint-Pierre le forage "S3 Citronnier" dans les hauts de Saint-André, le forage "P14 Champ Borne n°2" sur le littoral de Saint-André, le forage "Petite Plaine" à la Plaine-Des-Palmistes, les forages "P26 Bourbier les Bas" et "Bourbier les Hauts" à Saint-Benoît.

Dans le Sud et à Saint-Gilles, les déficits sont également très importants, avec  -81% à Saint-Gilles et -74% sur le forage "PIB2 les Cocos" à Saint-Louis.

Enfin, l’Office de l’Eau souligne que les déficits moins marqués s’enregistrent sur les nappes du Port (-15% en moyenne), de Saint-Paul Ville (-8% en moyenne) et de Sainte-Marie (-27%).

 

 

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !