Trafic de stupéfiants - Affaire Roukia :

Mayotte: l'ancien patron du GIR de nouveau en garde à vue


Publié / Actualisé
Mis en cause dans un trafic de stupéfiants à Mayotte, Gérard Gauthier, ancien patron du GIR (groupement d'intervention régional), et un autre membre du groupement ont été à nouveau placés en garde à vue, rapporte France Mayotte Matin. Les deux hommes ont été interpellés à leur domicile, l'un à Rennes, l'autre à Dunkerque, ce lundi 25 novembre 2013 par les policiers de la brigade de sûreté urbaine du commissariat de Mamoudzou. Leurs ordinateurs et leurs téléphones portables ont été saisis par les enquêteurs.
Mis en cause dans un trafic de stupéfiants à Mayotte, Gérard Gauthier, ancien patron du GIR (groupement d'intervention régional), et un autre membre du groupement ont été à nouveau placés en garde à vue, rapporte France Mayotte Matin. Les deux hommes ont été interpellés à leur domicile, l'un à Rennes, l'autre à Dunkerque, ce lundi 25 novembre 2013 par les policiers de la brigade de sûreté urbaine du commissariat de Mamoudzou. Leurs ordinateurs et leurs téléphones portables ont été saisis par les enquêteurs.

Selon France Mayotte Matin, les deux hommes ont été placés en garde à vue selon toute vraisemblance pour 48 heures afin d’achever comme tous les autres la procédure de 96 heures prévues.

Par ailleurs, le juge d’instruction devrait, selon toute vraisemblance, prononcer un mandat d’amener pour les deux anciens membres du GIR en direction de Mayotte afin de les auditionner en personne, précise le journal.

À noter que l’ancien patron du groupement et son collègue ne s’étaient pas présentés, le lundi 1er juillet 2013 à Mayotte, à la convocation du juge d'instruction Hakim Harki au commissariat de Mamoudzou, pour cause de troubles psychiatriques.

Pour rappel, les deux membres des forces de l'ordre, ainsi que trois autres sont soupçonnés de trafic de stupéfiants, mis au jour après l'affaire Roukia, cette jeune fille retrouvée morte d'une overdose en janvier 2011 à Mayotte, et d’aide au séjour et à l’entrée sur le territoire de personnes en situation irrégulière, le tout en bande organisée.

   

Mots clés :

    2 Commentaire(s)

    DANORD, Posté
    Une très bonne chose à L’ex-officier de gendarmerie en garde à vue !
    Que ça serve de leçon à tous ceux qui se croient au dessus en portant l’uniforme !
    L’habit ne fait pas le moine .
    Gloseur, Posté
    Dans cette terrible et grave affaire criminelle, plusieurs questions importantes restent, à ce jour, sans réponse :
    - La victime Roukia, a-t-elle été assassinée?
    - Au sujet du mobile du crime de la victime Roukia, a-t-elle été malgré elle, témoin du trafic de drogue ou d'un autre crime ou délit ?
    - La plage de Trévani à Mayotte où Roukia a été retrouvée morte, était-elle une plage où les trafiquants de drogue livraient leurs marchandises ?
    - Roukia a t-elle été assassinée un soir de livraison de drogue sur la plage de Trévani, lieu où elle a été trouvée morte ?
    - Y a-t-il un lien de connexité entre le trafic de drogue dure de l'affaire Roukia et le trafic illégal de tabac des douaniers de Mayotte trafiquants de tabac en provenance du Kenya ?
    - La filière d'approvisionnement en produits illégaux, illicites et immoraux est-elle la même dans les deux affaires mahoraises ? C'est-à-dire de quel pays producteur provenait la drogue dure, est-ce le même pays que le trafic de tabac ?
    - D'autres témoins sont-ils réellement protégés par la justice ou sont-ils harcelés par autrui, comme est victime le juge d'instruction Hakim Karki ?

    Enfin, continuons à prier Dieu pour soutenir la famille de la victime.