Trafic de stupéfiants à Mayotte :

Affaire Roukia : les auditions ont débuté à La Réunion


Publié / Actualisé
Ce lundi 9 décembre 2013 ont débuté les auditions des protagonistes de l'affaire Roukia résidant à La Réunion par le juge d'instruction Hakim Karki, en charge du dossier à Mamoudzou. L'ex-petit ami de la jeune fille retrouvée morte en janvier 2011 à Mayotte, doit notamment être entendu aujourd'hui, avant les membres du GIR (groupement d'intervention régional) ce mardi. Cinq gendarmes sont soupçonnés de trafic de stupéfiants et d'aide au séjour et à l'entrée sur le territoire de personnes en situation irrégulière, le tout en bande organisée. Le vendredi 29 novembre dernier, Gérard Gautier, ancien patron du GIR à Mayotte, avait été mis en examen avant de ressortir libre et placé sous contrôle judiciaire. (Photo : l'ex-petit ami de Roukia, à gauche, doit être entendu ce lundi au tribunal de Saint-Denis).
Ce lundi 9 décembre 2013 ont débuté les auditions des protagonistes de l'affaire Roukia résidant à La Réunion par le juge d'instruction Hakim Karki, en charge du dossier à Mamoudzou. L'ex-petit ami de la jeune fille retrouvée morte en janvier 2011 à Mayotte, doit notamment être entendu aujourd'hui, avant les membres du GIR (groupement d'intervention régional) ce mardi. Cinq gendarmes sont soupçonnés de trafic de stupéfiants et d'aide au séjour et à l'entrée sur le territoire de personnes en situation irrégulière, le tout en bande organisée. Le vendredi 29 novembre dernier, Gérard Gautier, ancien patron du GIR à Mayotte, avait été mis en examen avant de ressortir libre et placé sous contrôle judiciaire. (Photo : l'ex-petit ami de Roukia, à gauche, doit être entendu ce lundi au tribunal de Saint-Denis).

Pour rappel, l'ex-petit ami de la victime, âgé de 39 ans au moment des faits, avait avoué s'être débarrassé du corps de Roukia, en compagnie d'une complice, le 14 janvier 2011 sur une plage de Mayotte. Il avait affirmé l'avoir retrouvée morte à côté de lui le 13 janvier au matin et reconnu avoir consommé de la cocaïne ou de l'héroïne avec elle le 12 janvier au soir. Il doit être entendu ce lundi, ainsi que sa complice.

Demain mardi, ce sera au tour des membres du GIR d’être auditionnés. Car très rapidement, la mort de Roukia s’est retrouvée lié à un trafic de stupéfiants dans lequel seraient impliqués plusieurs gendarmes, dont l’ex-patron du GIR, Gérard Gautier. Vendredi 29 novembre, ce dernier a d’ailleurs été mis en examen pour "complicité de trafic de stupéfiants et aide au séjour irrégulier". Il était ressorti libre et placé sous contrôle judiciaire.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Gloseur, Posté
L'autopsie de la victime Roukia révèle qu'elle a des hématomes à sa tête.
Qui lui a causé ces hématomes à sa tête ?
Pourquoi aurait t-elle été frappée violemment à sa tête ?
Par qui, quand et dans quelles conditions précises ?
Sachant que les chefs d'inculpation contre Mathias B et sa complice sont : « blessures involontaires, non assistance à personne en danger, recel de cadavre et dissimulation de preuve, acquisition, détente, transport et cession de produits stupéfiants (source : malango-actualite.fr du 25/01/2011» ; la vitime Roukia aurait-elle été assasssinée ?
C'est-à-dire, s'agit-il d'un meurtre prémédité ?
Ou est-ce un homicide volontaire ?
Roukia t-elle été, malgré elle, témoin du trafic de drogues dures ?
Prions que Dieu console et soutienne la famille de la victime Roukia, et qu'il aide les avocats de la partie civile dans la révélation de la vérité.