Rassemblement devant le tribunal de Champ Fleuri :

Éveil Citoyen 974 repart au combat


Publié / Actualisé
Luttant toujours contre les "dysfonctionnements de la justice", le collectif Éveil Citoyen 974 se mobilise de nouveau cette semaine. Un appel au rassemblement devant le tribunal de Champ Fleuri, à Saint-Denis, a ainsi été lancé pour ces lundi 9 et mardi 10 décembre 2013. Mercredi, Éveil Citoyen a ensuite prévu de manifester devant la préfecture. "Rien ne bouge, nos dossiers n'avancent pas alors on se mobilise pour qu'on ne nous oublie pas", explique Djamel Kada, membre du collectif.
Luttant toujours contre les "dysfonctionnements de la justice", le collectif Éveil Citoyen 974 se mobilise de nouveau cette semaine. Un appel au rassemblement devant le tribunal de Champ Fleuri, à Saint-Denis, a ainsi été lancé pour ces lundi 9 et mardi 10 décembre 2013. Mercredi, Éveil Citoyen a ensuite prévu de manifester devant la préfecture. "Rien ne bouge, nos dossiers n'avancent pas alors on se mobilise pour qu'on ne nous oublie pas", explique Djamel Kada, membre du collectif.

Cela fait maintenant trois mois que le collectif Éveil Citoyen 974 attend des réponses. En son sein, on retrouve les mêmes justiciables, empêtrés dans des affaires juridiques et n’en voyant pas le bout. "On a fait tout ce qu’on nous a demandé, rassemblé tous les documents et les choses n’avancent pas", déplore Salim Moussajee, lui-même en conflit avec la société Sogecore, une affaire dans laquelle il dénonce "la complaisance du système judiciaire".

Aussi le collectif a-t-il l’intention de "monter la mobilisation d’un cran, car on nous fait tourner en rond et on nous prend pour des imbéciles", explique Salim Moussajee. Depuis ce lundi matin, une dizaine de personne se sont déjà rassemblées devant le palais de justice de Champ Fleuri, un mouvement qu’Éveil Citoyen entend poursuivre ce mardi, puis ce mercredi devant la préfecture.

"Deux inspecteurs envoyés par Christiane Taubira doivent venir ces jours-ci pour des affaires internes au tribunal, nous voulons en profiter pour nous faire entendre", poursuit Djamel Kada, membre du collectif. Un courrier rédigé par Ruffine Hoarau rassemblant les différentes affaires des un et des autres a été adressé en ce sens à la ministre de la Justice. "Nous aussi nous sommes en souffrance ! Rien ne bouge, nos dossiers n'avancent pas alors on se mobilise pour qu'on ne nous oublie pas", alerte ainsi Djamel Kada.

Au sein du collectif, beaucoup sont à bout et désespèrent de voir leur dossier enfin aboutir. Jusqu’ici, aucune de leurs mobilisations – des grèves de la faim à l’installation d’un chapiteau devant le tribunal – n’a trouvé d’oreilles attentives. Mais ils espèrent bien que ce nouveau mouvement fera cette fois avancer leur cause.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !