Mairie - Civis - Des contribuables mettent en cause le maire Michel Fontaine :

Saint-Pierre - "Un système d'emplois fictifs et d'achat de voix" dénoncé


Publié / Actualisé
Le 30 novembre 2013, un collectif nommé "les contribuables de Saint-Pierre" envoyait cinq courriers au procureur de la République. S'étonnant du "silence de la justice" concernant une affaire de détournement de 100 000 euros ayant touché la municipalité en 2010 et restée sans suite, ils dénoncent cette fois - avec de nombreux documents à l'appui - un système qu'ils qualifient de frauduleux d'emplois fictifs, d'achat de voix, d'utilisation illégale des moyens communaux et de détournement de biens publics. Le tout, selon eux, au service de la campagne électorale du sénateur-maire Michel Fontaine en vue des prochaines élections municipales. Il semble toutefois que ces courriers n'aient, eux non plus, pas été suivis d'effets à ce jour.
Le 30 novembre 2013, un collectif nommé "les contribuables de Saint-Pierre" envoyait cinq courriers au procureur de la République. S'étonnant du "silence de la justice" concernant une affaire de détournement de 100 000 euros ayant touché la municipalité en 2010 et restée sans suite, ils dénoncent cette fois - avec de nombreux documents à l'appui - un système qu'ils qualifient de frauduleux d'emplois fictifs, d'achat de voix, d'utilisation illégale des moyens communaux et de détournement de biens publics. Le tout, selon eux, au service de la campagne électorale du sénateur-maire Michel Fontaine en vue des prochaines élections municipales. Il semble toutefois que ces courriers n'aient, eux non plus, pas été suivis d'effets à ce jour.

Le 6 novembre 2010, le Quotidien consacrait sa une à un détournement supposé de 100 000 euros à la mairie de Saint-Pierre. Une affaire qui faisait suite à une enquête menée par l’ancien commissaire de police Alain Gence, embauché par la municipalité comme contrôleur de gestion, ayant révélé "une multitude d’abus" selon le journal, le tout pour une somme estimée donc à 100 000 euros, détournés au préjudice de la municipalité.

"Il n’y a jamais eu de détournements d’un tel montant", assurait alors le maire Michel Fontaine, évoquant uniquement "certains dysfonctionnements". Les faits mis au jour par Alain Gence avaient tout de même conduit le procureur de l’époque à demander à la brigade financière du commissariat Malartic, à Saint-Denis, d’ouvrir une enquête, une plainte ayant également été déposée. Mais aucune suite n’avait été donnée à cette affaire.

En cette fin d’année 2013, un collectif se nommant "les contribuables de Saint-Pierre" s’est étonné "du silence de la justice face à un tel détournement", dans un courrier adressé le 30 novembre au procureur de la République de Saint-Pierre, Laurent Zuchowicz.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là : cette lettre était accompagnée de quatre autres courriers et de nombreux documents visant notamment à prouver le recours à des emplois fictifs et à l’achat de voix en vue des prochaines élections municipales, mais aussi à des détournements de biens publics ou encore l’utilisation illégale des moyens communaux à des fins électorales. Soit un véritable système frauduleux, disent-ils, impliquant les services de la mairie de Saint-Pierre, mais aussi de la CIVIS (communauté intercommunale des villes solidaires du Sud), du CCAS (centre communal d’action sociale) et du CIAS (centre intercommunal d’action sociale), au service du sénateur-maire Michel Fontaine.

7 000 euros bruts par mois pour "un bureau désespérement vide"

À la mairie de Saint-Pierre, on assure "ne pas être au courant" de ces accusations. "De toute façon, on ne répond pas aux lettres anonymes", affirme Jean-Michel Jobart, chef de cabinet de Michel Fontaine. Si l’on peut effectivement regretter l’anonymat des "dénonciateurs", force est de constater qu’ils étayent leur réquisitoire de nombreux documents assez édifiants.

Les "contribuables de Saint-Pierre" accusent six personnes d’occuper un emploi fictif, et donc de "bénéficier d’une rémunération pour une activité qu’elles n’exercent pas au sein de la mairie de Saint-Pierre pour des services ou activités partisanes ou militantes rendues". Pour appuyer leur argumentaire, ils reproduisent les contrats de travail de ces individus et leurs fiches de paye.

Et de citer ainsi l’exemple d’un "collaborateur de cabinet au CIAS" bénéficiant d’un salaire brut mensuel de 4 250 euros. Or selon les contribuables de Saint-Pierre, "il n’a jamais envoyé un seul mail comme le préconise pourtant son ordre de mission". Pire, ils ajoutent qu’il "n’y a pas de cabinet au CIAS" et que la personne concernée "n’a pas de bureau dans cette administration". Ils poursuivent : "Il est actuellement au cabinet de la CIVIS, mais dispose tout de même d’une voiture et d’un téléphone portable mis à disposition par le CIAS."

Autre exemple, ce "collaborateur de cabinet du président de la CIVIS, chargé d’une mission de conseil", rémunéré à hauteur de 7 000 euros bruts mensuels. Un collaborateur dont le bureau situé dans le cabinet de la CIVIS "est désespérément vide", dénoncent les contribuables saint-pierrois.

Selon ces derniers, l’embauche de ces personnes a donc pour unique objet de servir la campagne électorale de Michel Fontaine. C’est dans ce même but qu’ils relèvent – chiffres  et documents à l’appui – une "explosion" des embauches au sein de la mairie, de la CIVIS, du CCAS et du CIAS. "Les chiffres sont tels que nous ne sommes plus dans le clientélisme mais bel et bien dans l’achat de voix en vue des élections municipales de mars 2014", écrivent-ils au procureur de Saint-Pierre.

Des embauches en hausse de 500 % en trois ans à la CIVIS

À la mairie et au CCAS, ils notent que les embauches sont passées de 90 en 2011 à 460 en 2013, soit une augmentation de 400 %. Concernant la CIVIS, les nouvelles embauches étaient de 51 en 2011 dont 32 pour des habitants de Saint-Pierre ; elles passent ensuite à 125 en 2012 dont 93 Saint-Pierrois ; puis à 333 en 2013, dont 267 Saint-Pierrois. "Soit une augmentation de plus de 500 % par rapport à 2011 pour le nombre global et plus de 700 % uniquement sur Saint-Pierre", soulignent les contribuables.

Au total, tout établissement confondu, ils indiquent que si "en 2011 seulement 128 personnes embauchées habitaient sur la commune de Saint-Pierre, ce sont en 2013 presque 800 (contre 123 sur toutes les autres communes additionnées cette même année)".

Malgré de nombreux documents appuyant les accusations des "contribuables de Saint-Pierre", il semble que, plus d’un mois et demi après l’envoi de ces courriers au procureur de la République, aucune suite n’ait été observée. Joint ce lundi 20 janvier 2014 par Imaz Press, le tribunal de Saint-Pierre s’est avéré incapable de nous répondre, le procureur Laurent Zuchowicz étant absent jusqu’à mercredi.

Et du côté de la cour d’appel de Saint-Denis, qui a également reçu une copie de ces courriers – tout comme le préfet, la direction régionale des finances publiques, la chambre régionale des comptes et l’inspection du travail –, on ne semble pas plus au fait de ces accusations.

www.ipreunion.com

   

9 Commentaire(s)

Anti-corruption, Posté
Cet escroc a déjà acheté la 'justice' il y a qqes années pour détournement de 10 millions d'euros! Il a été condamné à une amende ridicule et prison avec sursis (bien moins que les marmailles qui ont brûlé les poubelles)!! Va-t-il s'en sortir encore?! Honte à ce département!
Saint pierrois et fier de l'être, Posté
Slt a tousle senateur Michel fontaine devient un gene pour l'opposition...inventé des accusations sans preuves a la proche des élections...bizzard! Pourquoi ne pas intervenir en 2010 ou 2011? Pourquoi ne pas signé une pétition par ce collectif? Pourquoi garder l'anonymat?...et qu'avez vous a gagné si l'opposition dirrige la commune? Et oui la justice nest pas duppe. Merci.
Claude, Posté
Je suis déçu de voir un Homme avec autant de pouvoirs faire des conneries de bas étage.qu'elle déception pour moi qui est de droite.
Saint-pierre, Posté
Ca se voir l
Baswa, Posté
Réunionnaise, ou défan out maitre. Cé normal kan oufé parti du klan.
Dire que Michel Fontaine a été condamné n'est pas une insulte, c'est une réalité juridique.
Les emplois fictifs existent bien. L'utilisation du matériel et des employés communaux aussi.
La justice saisie, pourra statuer sur ces accusations. Si elle ne subit pas de pression MF sera condamné. Si il ne l'est pas, la perte de confiance dans nos institutions et nos élus s'aggravera. Nous risquons alors de nous diriger vers des émeutes. Kel koté ou sra ?
Reunionnaise, Posté
ne trouvant pas d autres moyens de l atteindre on essay de le mettre dans la (supprimé pour injures - webmaster ipreunion.com) .je vous trouve bien bas
Princesse Manu, Posté
Merci de nous informer. .je me souviens des derniers élections et de tous ce qu.il à dit qu,il allait nous donner après son élection. .que des mensonges dans la bouche de MICHEL FONTAINE
Enfin , Posté
Continuer a nous informé sur les parias de notre île
Citoyens du Sud, Posté
Ah, il était temps de parler de celui-là! Jusqu'ici on le croyait invincible! Bravo à ce Collectif!
Merci de dire à la population comment vous contacter, car les témoignages sur les abus sociaux et connivences dans divers affaires ne manqueront pas.