Immigration :

Mayotte : 15 908 clandestins expulsés en 2013


Publié / Actualisé
"L'immigration clandestine en direction du 101ème département ne faiblit pas, au contraire même, elle semble s'intensifier", annonce France Mayotte Matin dans son édition de ce lundi 20 janvier 2014. Le quotidien mahorais relate que 352 étrangers en situation irrégulière ont été interceptés en mer par les unités nautiques de la gendarmerie entre le 11 et le 12 janvier. Un "triste record", alors que la préfecture de l'île aux parfums a communiqué les chiffres de l'immigration en 2013. "Il y a de plus en plus à Mayotte de personnes étrangères dont la situation a été stabilisée à travers les régulations", souligne le journal.
"L'immigration clandestine en direction du 101ème département ne faiblit pas, au contraire même, elle semble s'intensifier", annonce France Mayotte Matin dans son édition de ce lundi 20 janvier 2014. Le quotidien mahorais relate que 352 étrangers en situation irrégulière ont été interceptés en mer par les unités nautiques de la gendarmerie entre le 11 et le 12 janvier. Un "triste record", alors que la préfecture de l'île aux parfums a communiqué les chiffres de l'immigration en 2013. "Il y a de plus en plus à Mayotte de personnes étrangères dont la situation a été stabilisée à travers les régulations", souligne le journal.

"Entre le samedi 11 janvier à 3h57 et le dimanche 12 janvier 2014 à 5h55, douze kwassa-kwassas ont été détectés puis interceptés par les unités nautiques" annonce la gendarmerie à France Mayotte Matin. A bord de ces canots, 352 étrangers en situation irrégulière et 12 passeurs présumés ont été comptés. "Cela fait donc une moyenne de 30 personnes par bateau pour une fréquence d'entrée dans le lagon d'un bateau toutes les 4 heures", relate le quotidien majorais.

"Un triste record" selon le rédacteur en chef  Samuel Boscher qui précise que "les traversées se sont déroulées dans des conditions très difficiles avec une mer agitée et des vigilances fortes pluies et orages qui étaient actionnées sur le secteur." Chaque jour, des dizaines, voire des centaines de Comoriens risquent leur vie à bord de ces embarcations précaires pour rejoindre le département français voisin, traversant le désormais tristement célèbre bras de mer entre les deux îles, surnommé "le plus grand cimetière marin du monde". Une situation dramatique qui augmente jour après jour le nombre d'enfants abandonnés et de familles brisées.

Cette opération récente des unités nautiques de la gendarmerie confirme les chiffres de l'immigration livrés par la préfecture mahoraise à France Mayotte Matin : 15 908 étrangers en situation irrégulière ont été reconduits à la frontière en 2013, contre un peu plus de 16 000 en 2012, 21 000 en 2011 et 26 405 en 2010. Un phénomène en baisse que l'Etat explique par le renforcement des moyens des interceptions en mer et la poursuite des contrôles sur terre.

"Il faudrait donc comprendre qu'il y a de moins en moins d'étrangers en situation irrégulière sur le territoire, pourtant ce n'est pas du tout ce qu'indiquent les chiffres 2013 en terme de demandes de cartes de séjour. Il y a donc contradiction", commente Samuel Boscher. En effet, en 2013, 13 500 demandes de titres de premier séjour ont été déposées, contre 3 500 en 2012. soit une augmentation de 286%.

Le nombre de demandes s'envole, et l'attribution de cartes de séjour également : 4 700 ont été délivrées en 2013, contre 1 993 en 2012. Les renouvellements classiques ont également augmenté : 11 300 en 2013, contre 9 244 en 2012. "Et cet état de fait se ressent de plus en plus sur le terrain où la population française côtoie chaque jour un peu plus de ressortissants comoriens, malgaches, etc" relate le journaliste. Les tensions entre les différentes communautés de l'île aux parfums ne devraient pas faiblir alors que l'Insee annonçait en août 2013 que plus de 100 000 Comoriens vivraient à Mayotte, dont la population s’élève à 212 645 habitants selon le recensement de 2012.

France Mayotte Matin indique que "le mot est d'ailleurs largement passé à Anjouan où l'information selon laquelle il est plus facile aujourd'hui de venir à Mayotte et d'obtenir des papiers en règle, circule dans tous les villages et motive les candidats au voyage via les kwassas." L'immigration clandestine à Mayotte n'est pas prête de faiblir, et le quotidien souligne que "le temps presse et la situation devient aussi dangereuse que critique."

   

4 Commentaire(s)

Adzoudzou!boihita ana ou, Posté
Vérités Surprises tu conais rien de mayotte et comore alors arréte de dire que on vient pas de ce plaindre merci????
Georges, Posté
En métropole beaucoup de gens souffrent de la misère. La situation va-t-elle durer ?
Vérités Surprises, Posté
Les Mahorais, sachant pertinemment ce qui allait se passer, ont massivement voté pour sa départementalisation pour que leur voisins et amis comoriens puissent profiter des largesses de la République. Qu'ils ne viennent pas maintenant se plaindre !
Gloseur sensé, Posté
Et pendant ce temps-là, l'Italie, elle, pourrait abolir le délit d'immigration clandestine.
Ainsi, selon le Gouvernement démocrate Italien, et notamment concernant son l'île de Lampedusa : « la Bossi-Fini (la loi qui avait instauré le délit d'immigration clandestine) n'avait en aucun cas découragé l'afflux de migrants et avait même transformé la Méditerranée en une mer de morts ».
C'est pourquoi, le nouveau projet de loi déjà adopté au Sénat Italien, prévoit que les sans-papiers, ne seront désormais poursuivis que pour délit administratif, ils seront aussi mieux protégés contre les entreprises qui les emploient en abusant de leur situation, d'ailleurs souvent dans des conditions inhumaines.