Il a traversé l'océan Indien à la rame (Actualisé à 7h42) :

Emmanuel Coindre est tout proche de La Réunion


Publié / Actualisé
Dernières kilomètres pour le rameur français Emmanuel Coindre ce samedi 25 janvier 2014, ainsi que le montre les photos réalisées par Imaz Press Réunion ce samedi vers 7 heures. Parti le 30 novembre du port de Carnarvon en Australie, à bord de son canot, "le Long cours", l'aventurier de 39 ans devrait atteindre, par le nord,les côtes réunionnaises ce sameid entre 9 heures et 11 heures, selon son frère Jean-Philippe, sur son blog. L'arrivée est prévue au Port-Ouest. Après avoir traversé une fois le Pacifique et cinq fois l'Atlantique, Emmanuel Coindre est donc en passe de réussir le Grand Chelem.
Dernières kilomètres pour le rameur français Emmanuel Coindre ce samedi 25 janvier 2014, ainsi que le montre les photos réalisées par Imaz Press Réunion ce samedi vers 7 heures. Parti le 30 novembre du port de Carnarvon en Australie, à bord de son canot, "le Long cours", l'aventurier de 39 ans devrait atteindre, par le nord,les côtes réunionnaises ce sameid entre 9 heures et 11 heures, selon son frère Jean-Philippe, sur son blog. L'arrivée est prévue au Port-Ouest. Après avoir traversé une fois le Pacifique et cinq fois l'Atlantique, Emmanuel Coindre est donc en passe de réussir le Grand Chelem.

Après 56 jours en mer et près de 7 000 kilomètres parcourus à la rame, sans assistance, le périple d’Emmanuel Coindre touche à sa fin. Selon son frère Jean-Philippe, qui relate ses aventures quotidiennes sur un blog, la nuit de ce jeudi et ce vendredi matin ont été marquées par "de très bonnes conditions avec une mer moyennement formée", des "vagues de 2 à 4 mètres et un vent favorable Sud-Est de 15 à 20 nœuds". "L’arrivée est imminente au Port Ouest. A cet instant précis où je finis de poster ce mail, je m’apprête à embarquer à Orly pour La Réunion", écrivait-il ce vendredi.

Ce dernier soulignait également que son frère "s’achemine vers ce Grand Chelem inédit des trois océans en solitaire et sans assistance, ajoutant du coup une marche au faîte du podium des records océaniens à la rame". "Emmanuel s’interdit encore de penser à l’instant où il sortira ses avirons de l’eau pour la dernière fois et les posera sur le pont", ajoutait-il.

Parti le 30 novembre dernier du port de Carnarvon en Australie, l’aventurier a pourtant failli ne passer que 24 heures en mer. Le lendemain de son départ, son embarcation a, en effet, été retournée par une vague.  "Impossible, de l’intérieur, de redresser le canot. J’ai dû m’extraire de l’habitacle par le hublot pour monter sur la carène et enfin parvenir à remettre "Long-Cours" sur son assise à l’aide de la dérive. Mais l’eau s’est engouffrée dans la cabine, détruisant mes GPS. Je navigue depuis à la boussole, mais suis toujours relié au reste du monde et à mon routeur avec mes deux téléphones Iridium rescapés du naufrage", racontait d’ailleurs le rameur à l’AFP le 7 janvier dernier.

La nuit suivante, ses nerfs seront à nouveau mis à rudes épreuves avec un second chavirage.

Durant son périple, mais avant d’apercevoir les premiers bateaux et Maurice, signes qu’il se rapprochait doucement de son but, Emmanuel Coindre a également du faire face à une mer très agitée dû au passage du cyclone Colin mais aussi lutter, notamment cette semaine, contre la chaleur.

Ce samedi, le rameur devrait arriver entre 9 heures et 11 heures au Port-Ouest. À raison de 18 heures par jour aux avirons, Emmanuel Coindre atteindra enfin son objectif, au bout de presque deux mois. Celui de devenir le premier homme à avoir traversé à mains nues, en solitaire et sans assistance, les trois grands océans de la planète.

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Specialiste, Posté
    Dans le titre de la photo du jour, il devrai atteindre ce SAMEID !!!