Ce nouveau type stupéfiant a déjà tué deux adolescents :

La drogue de synthèse envahit les collèges de Mayotte


Publié / Actualisé
Dans son édition du vendredi 31 janvier 2014, France Mayotte Matin s'inquiète du "fléau de la THC de synthèse circulant dans les rues." Le quotidien mahorais rapporte que deux adolescents ont perdu la vie il y a quelques jours après avoir consommé le produit. Un nouveau cas a été signalé jeudi au collège de Doujani : une fille de 12 ans a été frappée par une crise de furie dans la cour de l'établissement avant de subitement perdre la vue. La collégienne a été transférée en urgence au CHU de Mamoudzou. Le journal souligne que ce type de cas n'est pas rare chez les jeunes, qui consomment de plus en plus de cette nouvelle drogue à la mode.
Dans son édition du vendredi 31 janvier 2014, France Mayotte Matin s'inquiète du "fléau de la THC de synthèse circulant dans les rues." Le quotidien mahorais rapporte que deux adolescents ont perdu la vie il y a quelques jours après avoir consommé le produit. Un nouveau cas a été signalé jeudi au collège de Doujani : une fille de 12 ans a été frappée par une crise de furie dans la cour de l'établissement avant de subitement perdre la vue. La collégienne a été transférée en urgence au CHU de Mamoudzou. Le journal souligne que ce type de cas n'est pas rare chez les jeunes, qui consomment de plus en plus de cette nouvelle drogue à la mode.

C'est un terrifiant fait divers que révèle France Mayotte Matin ce vendredi. Une fillette de 12 ans a été transportée en urgences à l'hôpital après avoir fumé du THC de synthèse. Le journal rapporte que l'adolescente se trouvait dans la cour du collège lorsqu'elle "s'est mise à hurler et à courir comme une folle dans tous les sens" avant "qu'elle ne s'arrête, haletante, mais surtout aveugle." Ce nouveau genre de stupéfiants est un véritable fléau sur l'île aux parfums, où le quotidien signale que "deux adolescents ont trouvé la mort en Petite-Terre il y a quelques jours après avoir consommé le produit." Le premier a été victime d'une lourde chute et n'est pas sorti de son coma, tandis que le second ne s'est pas réveillé suite à une consommation trop forte de vin et de "résine".

Malgré ses effets dévastateurs, et les faits divers qui en découlent, le THC de synthèse est un grand succès chez les jeunes majorais qui appellent entre eux cette drogue la "bombe". Un collégien témoigne dans FMM : "tu te sens bien, tu es plus fort et tu as envie de rire. Parfois, ça rend malade, mais tout le monde en prend alors tu fais comme les autres." Un phénomène de mode et une addiction qui ont fait des ravages à Chirongui, au sud de l'île. France Mayotte Matin écrit que dans un collège de la ville, "une épidémie de crises de folie avait éclaté, principalement chez les jeunes filles."

Deux adolescentes expliquent au journal mahorais que "tout le monde en prend ici, tout le monde sait ce que c'est", ajoutant que ce genre d'affaires "arrive souvent." En effet, la THC de synthèse est une drogue accessible facilement, que ce soit sur internet ou après de revendeurs clandestins. Cette substance chimique qui reproduit les mêmes effets que le cannabis est peu coûteuse, et surtout plus ou moins légale. Samuel Boscher, le rédacteur-en-chef de France Mayotte Matin souligne que ce trafic est "un bien meilleur marché tout en ne présentant aucun risque." Il ajoute que les policiers peuvent arrêter un dealer avec du tabac "dont les analyses diront qu'il est imbibé d'une substance non répertoriée".

   

1 Commentaire(s)

Manzakabe, Posté
Colle ou chimique cest comme ca que les gosses lappelle dans mon quartier ou les a labattoir pamandzi aussi jentends et je vois qui le fume et toute ces violences comme dernierement a mbpouyoujou sont certainement convernees mais personne jeunes ou vieux nosent. temoigner la honte peut etre ou la peur ce phenomene qui survint a mayotte entiere ne doit pas etre ecarte il ns concerne ts vraiment le territoire letat tout le monde doit bouger (certains nont que. 10 ans avec les yeux rouges et sans peur